Denis Parent

Denis Parent

Denis Parent est un journaliste, réalisateur et écrivain français né à Cambrai le 28 novembre 1954. D'abord journaliste spécialisé dans le cinéma (Première, Studio Magazine, Ciné Cinéma), c'est en tant que réalisateur que Denis Parent se fait connaître. Il est l'auteur de plusieurs courts métrages dont "Va au diable", et d'un long, "Rien que du bonheur", une comédie avec Bruno Solo. Ancien étudiant en lettres, c'est aussi dans ce domaine qu'il exerce ses talents : scénariste de bande dessinée, auteur de nouvelles et de pièces de théâtre, depuis son île, en toute clandestinité. Il a publié ainsi "Perdu avenue Montaigne vierge Marie" (2008), "Un chien qui hurle" (2011), "Grand chasseur blanc" (2014), et aujourd'hui "Sanguinaires" (janvier 2016), le second tome d'une trilogie dite "nomade". Le troisième "Une fleur de frangipanier, un verre de Saint Julien et un baiser" devrait paraitre dans les deux ans. Le point commun de ces livres, comme leur titre générique l'indique: des histoires de gens qui fuient, bougent, voyagent, cherchent. Bref refusent la sédentarité, l'immobilisme. En partage sur E V E R M I N D les coups de cœur, et au coeur, d'Eva.

Tombés

image

Catherine est tombée là, elle pensait être en retard à son rendez-vous de Berlin et ne maîtrisait pas bien son dossier. Elle avait du sommeil en retard. Marcel git en petits morceaux affalés contre un mur. Il avait des soucis

Publié dans Ever Whatever, Slide Home

Écouter la musique de l’Autre : Bowie

image

Qu’est-ce qu’on peut écrire sur Bowie? Qui ne l’ait déjà été? J’ai usé le vynil de Ziggy, le disque parfait. J’avais 17 ans. Je faisais trois kilomètres à pinces pour rentrer chez moi juste pour déposer une petite fiancée, encore

Publié dans Ever Whatever, Slide Home

Un vers nouveau, vers où aller

image

Le premier poème de l’année il est tout perlé d’espoir comme les gouttes de l’ondée. Le premier poème de l’année il est né d’un baiser, de mille baisers, portez-vous bien, rentrez bien, faites attention à vous, il ne sort pas

Publié dans Ever Whatever, Slide Home

Un air d’enfance

image

La femme est entrebaîllée. Tu crains les courants d’air qui pourraient la refermer brutalement, tu évites de déplacer de l’air. Tu te déplaces soigneusement. Pas un mot plus haut que l’autre, comme parler à un enfant qui a peur. Tu

Tagués avec :
Publié dans Ever Whatever, Slide Home

Le coucher d’un roi

Demis Roussos

J’ai pas mal emballé sur Demis Roussos. Plus précisément sur « Aphrodite’s child ». Trois slows qui tuent, trois tubes de l’été: « Rain and tears » d’après le canon de Pachelbel (ça m’a permis de découvrir l’original et son oeuvre), « I want to

Publié dans Ever Whatever, Slide Home

Ma petite fille

image

Les couettes, les queues de cheval, les chignons, les crayons dans les cheveux, et ce putain de tas de poupée, comment tu fais Laurene. Tu ranges ta chambre quand mon bureau s’appelle Tchernobyl, et je ne peux rien te dire.

Publié dans Ever Whatever, Slide Home

Moi je fais dans l’association d’idées. De mots.

origami800

On appelle ça une résidence d’écriture. Quatre jours avec des hôtes délicieux, la vie de château, l’ordi qui ronronne et a promis de pas bugger. Et un genre de festin d’été avec le vert de Juillet avant qu’Aout ne nous

Tagués avec :
Publié dans Ever Whatever, Slide Home

Des coulisses de la psyché à la scène de rue, enfin

image

Longtemps je me suis tu, j’avais coupé le son. J’étais assis dans mon coin de table, pendant les festivités, les apéros, les cérémonies sociales, les convenances de rue. Ca parlait politique, rock’n roll, football, région, patin, couffin.J’écoutais d’une oreille, l’autre

Tagués avec : , ,
Publié dans Ever Whatever

Les yeux fermés, il rêve

image

Il rêve tout haut. Il a encore vu un film de zombies et ça doit démembrer dans son crâne. Elle préférerait qu’il regarde un porno mais peut-être que ça ne ferait pas de beaux rêves. Peut-être qu’il lui mettrait la

Tagués avec : , ,
Publié dans Ever Whatever, Slide Home

J’écris une histoire d’ange

image

Je feuillette Facebook, j’ai la gueule de bois, le marteau de vulcain en guise de casquette. Un hydravion passe on dirait un hanneton obèse. Comme la mer dort à plat ventre, sans même une ride au front, les surfeurs bodybuildés

Publié dans Ever Whatever, Slide Home

Se cultiver

Publications Eva Matesanz

La psychologie du collaboratif, L'Harmattan 2017
L'art du lien, Kawa 2014
Par Éva Matesanz

Pour ne rien rater de nos publications et apporter vos commentaires.

Suivez-vous!