A l’Orient du coaching

L’analysant – et peut-être aussi votre client parfois – aime passer par des chemins étroits où jamais personne d’autre n’est passé ni ne passera. Il emprunte ces sentiers de contrebande, il braconne par-delà les frontières du familier. C’est son étrangèreté intime qu’il recherche ici et là et à l’insu ; tout ce qui surgit tout à coup de saugrenu ou de sauvage, d’incroyable ou d’incréé dans les contrées de sa psyché.
Et l’analyste aime se tapir et vagabonder sur ces chemins-là aussi, comme un douanier, un douanier volant. Et puis coincer le patient alors ; le coincer en flagrant désir d’étrangèreté.
D’ailleurs, l’une des origines du mot divan ce sont les douanes des comptoirs d’Orient…

 

C’était Jean-Marie von Kaenel, en Séminaire Psychanalyse & Coaching, Transfert & Interprétations, à l’Atelier des Jardiniers, vendredi 28 mars ; journée privilégiée et de délices au jardin.

 
Et pour ceux qui aiment, le 13 juin, on récidive sur ces sentiers de contrebande— à L’atelier des Jardiniers.

Auteur : André de Châteauvieux

André de Châteauvieux dirige le cabinet de l'Art-de-Changer : un espace singulier dédié à l'accompagnement des dirigeants, à la supervision des coachs et à l'innovation dans le champ du coaching : "Coach de dirigeants et superviseur de coachs, thérapeute et enseignant à l'université de Paris II, j'aime accompagner au cœur des crises et par-delà. Un peu comme un médecin chinois au fond. Un peu chercheur aussi, j'aime animer des journées d'étude pour les fédérations de coachs et puis écrire sur les coulisses de l'accompagnement : Le grand livre de la supervision (Eyrolles, 2010), Le livre d'or du coaching (Eyrolles, 2013). Et parfois vagabonder sur les chemins de traverse avec mon piano à mots."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

seize − quatre =