A l’eau de mère

Parfois j’ai peur si tu veux savoir. Peur comme un gosse, plus que le gosse peut-être quand la maison craque la nuit. Pas de mourir, je sais pas si je vais mourir demain, alors ça me suffit pour l’instant. Non, je sais pas toi, moi c’est de vivre. Ca m’a quitté y’a longtemps, j’avais la foi, j’avais un dieu qui était moi. Fallait me voir me regarder dans les glaces, me regarder m’écouter parler, je n’en croyais pas mes yeux, je me plaisais vraiment bien. Ouais après les pipis au lit, le premier chagrin d’amour, après maman qui giflait, j’ai aimé devenir moi. Ca allait rouler mon vieux comme sur des roulettes. Des filles, du cash, des voyages, pique et coeur et carreau, j’allais monter dans l’aéroplane de la vie et faire des loopings. Oui j’en ai vu des beaux moments. Mais ça m’a quitté. La foi, j’ai cessé de croire en moi-l’idole. Faut-il que j’ai déçu les autres pour me mésestimer moi. Qu’est-ce qui m’a manqué? Je suis pas mort, c’est pas à l’ordre du jour, j’en sais rien pour demain, on verra si y’a un planning de décès mais entre temps quelque chose s’est troué en moi. Et je fuis, mon ami. Je suis en perte, bientôt en cale sèche. Et je me tourne vers le destin, la marâtre aveugle, je lui dis, donne moi encore quelque chose. Encore du temps, encore de la grâce. Donne moi le panache d’avaler toute l’eau de la mer, toute l’eau de l’amertume.

image

Auteur : Denis Parent

Denis Parent est un journaliste, réalisateur et écrivain français né à Cambrai le 28 novembre 1954. D'abord journaliste spécialisé dans le cinéma (Première, Studio Magazine, Ciné Cinéma), c'est en tant que réalisateur que Denis Parent se fait connaître. Il est l'auteur de plusieurs courts métrages dont "Va au diable", et d'un long, "Rien que du bonheur", une comédie avec Bruno Solo. Ancien étudiant en lettres, c'est aussi dans ce domaine qu'il exerce ses talents : scénariste de bande dessinée, auteur de nouvelles et de pièces de théâtre, depuis son île, en toute clandestinité. Il a publié ainsi "Perdu avenue Montaigne vierge Marie" (2008), "Un chien qui hurle" (2011), "Grand chasseur blanc" (2014), et aujourd'hui "Sanguinaires" (janvier 2016), le second tome d'une trilogie dite "nomade". Le troisième "Une fleur de frangipanier, un verre de Saint Julien et un baiser" devrait paraitre dans les deux ans. Le point commun de ces livres, comme leur titre générique l'indique: des histoires de gens qui fuient, bougent, voyagent, cherchent. Bref refusent la sédentarité, l'immobilisme. En partage sur E V E R M I N D les coups de cœur, et au coeur, d'Eva.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 × 5 =