Accompagner, être aux voltiges d’un lien, de psyché en psyché

Aux impasses du coaching, le coach lui n’a pas de limites
Jouer de l’Instrument psychique qui accompagne au naturel
Être aux voltiges d’un lien, de psyché en psyché

A l’infini

 

Le travail, labeur, sur soi, labourer ses affects, cueillir ses pensées, les uns enfouis et comme des herbes folles souvent jaillissants sans le souhaiter ; les autres peu élaborées, peu personnelles, limitantes, périmées, pauvres restes d’un hier trop infantile et très peu enfantin.

Le questionnement personnel enfin, en présence et en partage avec celui qu’on a choisi pour accompagnateur. Lui même surgissant « sujet supposé accompagner » de son vécu inégalable de sujet ayant été accompagné, et l’étant encore et toujours, s’il en a la densité d’un être jamais complet.

De telle sorte que l’accompagnateur, d’accompagné, se trouve naturellement doté d’une malléabilité psychique capable d’accueillir l’expression libre de tous les psychismes qui lui sont parfaitement étrangers : ceux de ses accompagnés.

S’il croit les reconnaître, s’il croit les identifier, mimes de son propre passé, ou si pour s’en protéger, il cherche à les faire correspondre à des types pré-classés, pouvoir les remodeler à travers les techniques les plus éprouvées, ou bien si, plus modeste, en écoute bienveillante, peu éveillée, l’accompagnateur se laisse prendre au déclaratif de chacun, l’impossible empathe d’un « je vous comprends si bien », diseur de la parole attendue trop attendue, du « feedback » stéréotypé. Si tout ceci, ou un peu de ce, il déploie, en lieu et place de ce que vit en lui sa psyché, il gâche son don. Il vend du mortier, prêt à figer.

S’il ne laisse pas son psychisme, s’en aller, à la confusion, le choc, l’émerveillement, le doute, les sentiments contradictoires, les envies inavouées ; s’il ne laisse pas la corne de son âme s’épaissir à s’y frotter, à la peau de l’autre, le « moi peau », l’âme-corps qu’il est, autant refusé qu’offert ; s’il se perd aux impasses d’un « coaching » plutôt qu’aux voltiges d’un lien, être psyché contre psyché, et l’accompagnateur paraît.

En paysage ses accompagnés. Infini de lui-même. Inconscient. Autres, libres et légers.

 

Auteur : Eva Matesanz

Eva Matesanz est psychanalyste et socionalyste. Accréditée pour intervenir en entreprise en tant que coach professionnel. Chargée d'enseignement universitaire, et auteure, elle remet la clinique psychanalytique - la clinique c'est le cas par cas - au coeur de la relation d'accompagnement y compris en milieu business comme cela est naturel dans les pays anglo-saxons et d'influence hispanique, milieux de diaspora et de fertilisation croisée des penseurs de l'inconscient et de ceux de la volonté. Diplômée d’études supérieures en management à Madrid, en partenariat Erasmus avec l’ESC Bordeaux, et titulaire d’un Master 2 Affaires Internationales à l’Université de Paris Dauphine, elle effectue un parcours de management dans des grands groupes multinationaux de l’industrie et des services IT. Elle s'y forme aux pratiques systémiques et à la communication et en fait son premier métier. La psychanalyse à titre personnel lui permet de faire de l'accompagnement individuel et d'organisation , son métier de maturité, et de se faire une place de référence en quelques années. E V E R M I N D est son blog collectif de diffusion d'idées mais surtout d'infusion sensible des rapports humains. Bienvenue à vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *