L’amour, l’être et l’entre soi

– S’il m’aimait…

Elle reste interdite.

– Oui ?

Je l’encourage.

– Qu’imaginez vous qu’il ferait, comment pensez vous qu’il serait s’il était, comme vous l’attendez depuis vingt ans, « vraiment amoureux » ?

– Je ne sais pas vraiment le dire. Mon cœur devrait faire boum boum boum à sa venue, et alors j’imagine que le sien aussi. Moi je ne sens rien. Sent-il lui quelque chose proche de ce vertige que je crois être nécessaire à l’amour authentique ?

– Le désordre des sens… Est-ce l’amour ? Est-ce s’aimer l’un l’autre que de laisser les corps vibrer comme nous le leur interdisons dans nos rapports sociaux ?

– C’est ce que j’ai ressenti des fois. Un homme de passage, un frôlement, un regard. Jamais cet homme avec qui je partage ma vie je ne sais pas pourquoi.

– Comment vous a-t-on aimé enfant ?

Interdite, rien à en dire, elle aime que je lui pose cette question.

– Je l’attendais…

Comme si c’était l’aimer enfin. Et non des caresses qui ont manqué. Mais des mots structurants.

Des mots qui peut être la structurent, qui peut être structurent la relation qu’elle a choisie à son corps défendant.

– Vous me touchez, vous et Fabien. – Je poursuis alors. – Je suis persuadée que vous vous aimez sans le savoir tous deux. Puisque qu’est-ce que ce fût pour chacun de vous deux que d’être aimés ? L’amour en couple permet de retrouver l’amour premier. Et souvent il recommence ailleurs dans l’illusion d’un « encore mieux » le retrouver. Vous, vous ignorez tout de ce primo-amour. Vous tissez un amour toujours imparfait. Et que vous n’êtes pas alors prêts de quitter…

– Je ne comprends pas tout…

– Vous sentez vous bien aux côtés de Fabien ?

– Je ne me reconnaîtrais pas ailleurs… Il me rend moi-même… (Rires) Même si je ne m’aime pas !

Je souris.

– Vous voyez bien qu’aimer est bien plus indescriptible qu’un chabadabada. Aussi indescriptible que d’être soi est l’entre soi.

Chabadabadabada

Sculpture en illustration de Céline Guiberteau

(C) Céline Guiberteau
(C) Céline Guiberteau

Auteur : Eva Matesanz

Eva Matesanz est psychanalyste et socionalyste. Accréditée pour intervenir en entreprise en tant que coach professionnel. Chargée d'enseignement universitaire, et auteure, elle remet la clinique psychanalytique - la clinique c'est le cas par cas - au coeur de la relation d'accompagnement y compris en milieu business comme cela est naturel dans les pays anglo-saxons et d'influence hispanique, milieux de diaspora et de fertilisation croisée des penseurs de l'inconscient et de ceux de la volonté. Diplômée d’études supérieures en management à Madrid, en partenariat Erasmus avec l’ESC Bordeaux, et titulaire d’un Master 2 Affaires Internationales à l’Université de Paris Dauphine, elle effectue un parcours de management dans des grands groupes multinationaux de l’industrie et des services IT. Elle s'y forme aux pratiques systémiques et à la communication et en fait son premier métier. La psychanalyse à titre personnel lui permet de faire de l'accompagnement individuel et d'organisation , son métier de maturité, et de se faire une place de référence en quelques années. E V E R M I N D est son blog collectif de diffusion d'idées mais surtout d'infusion sensible des rapports humains. Bienvenue à vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 × 2 =