Comme un souffle, la mère

La scène se passe dans le TGV. Près de moi, de l’autre côté du couloir, un couple.

Comme deux amants, enlacés sur la banquette du train. Ils dorment à moitié. Tête contre tête, tête contre corps, mains caressantes et caressées. Elle, très belle avec de longs cheveux longs, des bagues aux deux mains. Lui, un joli garçon qui joue maintenant avec un sabre de samouraï en plastique. Il a 8 ans.
Cette proximité me trouble, un tantinet trop sensuelle. Elle sort de son demi sommeil, et sort aussi son rouge à lèvres. Surprise, c’est le petit garçon qui lui étale le rouge sur ses lèvres. Puis, elle lui tend sa brosse et il lui brosse les cheveux, et enfin lui passe le mascara.

Une scène qui dure, à la fois trouble et sensuelle. Un léger malaise. Et je pense tout à coup au film avec Lea Massari Le souffle au cœur.

 

Le souffle au cœur
Le souffle au cœur