Billet d’humeur #1

L’intelligence émotionnelle se nourrit de mouvements d’humeur incompréhensibles à la source, tellement clairvoyants au naturel. Comment apprendre à les vivre et se saisir de leur force pour créer et pour se relier aux autres êtres humains et à la terre, au naturel, oui, au plus naturel.

Il fut un temps, pas si lointain, où les épanchements affectifs n’avaient pas lieu d’être en entreprise. Et l’accompagnement professionnel suivait : propre, raisonnable, concentré sur les objectifs, sur la régulation et la réintégration ou le départ assumé du collaborateur. Il me semble que c’est avec la reconnaissance de ce qui a fini par être cerné et adressé comme étant des RPS repris au coeur des CHSCT, qui dérivent des conditions matérielles aux conditions spirituelles de l’exercice du métier et qui se renomment depuis 2017 du doux nom de CSE, en résonance mutuelle avec la belle RSE, que cela a éclaté.

Les déséquilibres affectifs potentiels ou avérés demeurent médicalisés. Mais un boulevard s’est ouvert pour les prestataires et internes – coachs et consultants, RH et CHO – en manque de reconnaissance affective eux-mêmes jusqu’alors. Ils paradent désormais forts de la soi-disant intelligence émotionnelle et relationnelle qu’il faudrait adopter auprès d’eux. Ils persistent à dénier les variations libidinales et agressives, masochistes et sadiques, de l’humeur propre à l’humain, la gamme complexe de toutes les formes de l’accélération naturelle de son intelligence face aux réalités ! La sienne et celles qui l’entourent.

La discipline qui a exploré avec le plus de réalisme, dans l’epprouvé des praticiens eux-mêmes- le transfert – les variations de l’affect humain est celle de la psychodynamique que je pratique et que j’enseigne à l’Université et en petits groupes restreints.

Son contenu est subtil et pointu, malheureusement trop éloigné des facilités des facilitateurs professionnels. Ainsi, par exemple, les trois ressorts émotionnels primaires que nous partageons tous depuis notre enfance jusqu’à notre mort, vivaces à ces deux moments extrêmes, sont au nombre de trois : les trois H comme humain.

H pour la haine
H pour la honte et
H pour la hantise

Les évolutions vers

  • l’effort d’amour, ou du moins de respect de la différence,
  • de culpabilité et de son corollaire qui vaincra de la victimisation sans fin, la responsabilité
  • et d’incertitude assumée, d’angoisse sans les reproches alter ou auto infligées,

sont les gages de notre véritable développement personnel et du développement harmonieux de notre société, côté culture et nature du même pied.

D’autres éclairages à suivre dans ces partages ou en groupe présentiel dans les limites des places disponibles.

Auteur/autrice : Eva Matesanz

Eva Matesanz est psycho-socio-économiste de par ses formations successives. Accréditée pour intervenir en entreprise en tant que coach professionnel, auteure et chargée d'enseignement universitaire, elle anime la psychodynamique du travail depuis la création de sa structure E V E R M I N D en mai 2010. Donner la parole et faciliter la place et la contribution singulière de chacun à la vie commune est son plus beau dessin. Fait d'étayage sur fond de soleil.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 × trois =