Co-animer, la pratique collaborative des intervenants permet au groupe ou à d’autres duos de collaborer effectivement

Nous arrivons au terme du cycle 2017 de formation aux pratiques collaboratives, et après avoir abordé les places de chacun dans un groupe, le style contributif de chaque participant et les figures imposées de la vie du groupe à savoir l’idéalisation, le couplage et la casse, nous investissons enfin la place de l’animateur. Ce sont les participants qui l’investissent. André de Châteauvieux et moi-même cédons à un duo volontaire notre « rôle » jusqu’alors. Puisqu’un groupe s’anime en duo, au minimum, en équipe intervenante s’il y a un nombre supérieur à 6 ou une hétérogénéité ou tout autre complexité à saisir. À laisser vivre et s’épanouir.

Les deux Stéphanie relèvent le défi de préparer un thème à deux et de nous le faire vivre à nous jusqu ici leurs formateurs et leurs animateurs en continu.

Une petite heure entre elles, pour rentrer en ci-animation, puis, une séquence de transition pour questionner la collaboration première dont nous avons tous été témoins : celle existante entre nos deux parents. Au moins pour nous concevoir ils ont dû collaborer un instant. C’est le fantasme, l’imaginaire de l’enfant, qui est invoqué : à rebours de la petite maman douce brutalisée par le désir du père, le tour de piste fait état de pères soumis qui se laissent prendre par leurs belles et fortes femmes phalliques. Un dominant et un dominé, cela reste la figure de base d’une collaboration à deux des plus archaïques.

Pause-déjeuner et en venir à la séquence de co-animation prédite.

Stéphanie et Stéphanie nous demandent de nous installer comme nous le souhaitons. Nous choisissons indépendamment l’un de l’autre d’être assis côte à côte et de leur faire face. Elles annoncent le thème qu’elles ont choisi et c’est celui de la co-animation. Elles nous invitent d’explorer la nôtre par la parole libre, d’en faire le récit afin de découvrir ensemble sur quelles fondations solides s’est-elle bâtie et comment nous faisons pour la garder vivante, pour à la fois nous préserver et nous adapter aux demandes les plus innovantes.

Nous prenons la parole l’un et l’autre selon nos élans respectifs, nous nous redécouvrons chacun et tous deux à coup sûr. L’émotion est authentique. Les surgissements de l’inconscient sont palpables. Nous ressentons tous deux cette valse de la jouissance et de la souffrance qui s’empare de nos échanges : lorsque l’un souffre l’autre jouit et vice-versa. Il y a une jalousie et une admiration mutuelles qui nous fait nous dépasser autant que parfois elle nous met en échec.

– Est-ce que de vous le dire peux vous aider ?

– Sur le coup, pendant l’animation d’un groupe, comme dans l’après-coup souvent, ce qui nous  met dans cette intensité de relation est trop inconnu de chacun de nous pour que nous puissions en parler de façon constructive. C’est aussi au coeur de ce dont le groupe a besoin. Mais nous ne nous mettons plus aujourd’hui de pression. Nous faisons confiance au processus. Nous ne travaillons plus qu’avec des pairs engagés dans des groupes pérennes. Pour ce qui est des malentendus qui subsistent entre nous pendant la période chacun fait de son mieux de son côté en psychanalyse et en supervision.

Et j’aime ajouter :

– Je croyais pour ma part pouvoir trouver dans les références externes, mes lectures, ma psy, mon superviseur, des solutions toute faites, des dispositifs adaptés, au service du groupe, et pouvoir ainsi les imposer à André. Ces dispositifs existent. La psychologie sociale, la Systémie, l’analyse institutionnelle, le management collaboratif offrent nos seulement des études conceptuelles mais des belles études de cas réels. Heureusement André n’a jamais accepté de rester à ses apports externes. Il a risqué d’essayer de comprendre et partager ce qui était sensible entre nous. Les apports extérieurs nous donnent un cadre, les paroles à vif inventent une langue non maternelle entre nous.

– Ma mère travaillait à la maison et mon père à l’extérieur.

C’est peut-être ce pourquoi André me laisse partir pour mieux me retrouver dans l’intimité d’un travail à deux. Puisque de mon côté ma mère travaillait de fait dans l’entreprise de mon père. Elle savait tout pour lui. Ils ont tout perdu. Elle l’a accusé de tout et ils se sont séparés à jamais. Je cherche peut-être encore à retrouver leurs vieux papiers. Et André m’accepte sans eux.

**

Merci tant et tant de ce moment de co-animation professionnelle qui a porté ses fruits et c’est à cela que l’on sait que l’on a co-animé, donné ensemble la vie. Vous avez fait preuve de curiosité et d’exigence envers nous, de respect et de risque entre vous. Bravo et merci. L’illustration est de Mr&Mrs Smith puisqu’en étant couple et duo professionnel nous nous sommes, André l’a dit, senti un peu comme Angelina Jolie et Brad Pitt ! Attrappés à notre jeu. Mais c’était pour un « nous » grandi. Merci Stéphanie-s !

Eva Matesanz
A propos

Eva Matesanz est Psychanalyste et Coach professionnel. Chargée d'enseignement universitaire, et auteure, elle remet la clinique psychanalytique au coeur de la relation d'accompagnement y compris en milieu business comme cela est naturel dans les pays anglo-saxons et d'influence hispanique, milieux de diaspora et de fertilisation des penseurs de l'inconscient. Eva Matesanz co-anime avec André de Chateauvieux des espaces de réflexion et d'action collectives inédites : Mars et Venus sur le divan, au sujet du masculin-féminin, L'accompagnement collaboratif, car comment accompagner les collectif sans s'y astreindre soi-même en équipe de consultants, de managers ou de coachs. Et Érotiser l'entreprise, à l'adresse des RH des entreprises collectives. Diplômée d’études supérieures en management à Madrid, en partenariat Erasmus avec l’ESC Bordeaux, et titulaire d’un Master 2 Affaires Internationales à l’Université de Paris Dauphine, elle effectue un parcours de management dans des grands groupes multinationaux de l’industrie et des services IT. Elle s'y forme aux pratiques systémiques et à la communication et en fait son premier métier. La psychanalyse à titre personnel lui permet de faire de l'accompagnement individuel et d'organisation , son métier de maturité, et de se faire une place de référence en quelques années. Coach accrédité Senior de la fédération CNC. Chargée d'enseignement universitaire et auteure d'ouvrages de management. E V E R M I N D est son blog collectif de diffusion d'idées mais surtout d'infusion sensible des rapports humains. Bienvenue à vous.

Publié dans Slide Home, Whatever Works

Laisser un commentaire

Pour ne rien rater de nos publications et apporter vos commentaires.

Suivez-vous!