Mon conseil modernité des ressources humaines et du management diffusé sur les réseaux

Conseil RH et modernité : Le collaborateur ne doit se conformer à l’entreprise seulement sous certaines conditions. Toutefois, il faut veiller au développement professionnel et personnel de chacun dans cette innovation, afin que le collaborateur puisse se démarquer sereinement en entreprise

Doit-on se conformer à ce que l’entreprise attend de nous ?

Approchée au travers du réseau LinkedIn par le réseau RH Expectra pour répondre à cette question sur un positionnement bien tranché, j’ai choisi mon camp et j’ai développé au plus près de mon expérience à la fois stratégique et terrain.

Eva Matesanz

 » Une entreprise, qu’elle soit grande ou petite, est davantage qu’un groupe humain. Une entreprise est une institution. Elle institue des rôles et des rapports entre ses collaborateurs. Elle engrange une culture du fait de son histoire et de ses réalisations. Cette culture est celle d’un savoir vivre ensemble qui se développe pour réaliser le savoir-faire. Cela dit, il est contre-productif de vouloir engager des collaborateurs qui soient en conformité a priori avec l’institution.

Comme il ne faut pas empêcher les collaborateurs actuels d’évoluer comme évolue naturellement le vivant et de faire évoluer l’institution »

Eva Matesanz, chargée d’enseignement universitaire en psychodynamique, conseille les directions des ressources humaines et les directions générales d’entreprises.

Pour Eva, collaborateur comme entreprise doivent être innovants et non conservateurs. Si l’on s’en tient à ce que l’entreprise attend de nous, il est difficile d’avancer.

J’ai vécu des rachats, des transferts d’activité, des fusions, des restructurations. Ce sont les collaborateurs les moins attachés à leur statut, à l’historique ou à un mode de fonctionnement trop marqué par la « norme sociale » qui ont constitué mes équipes-projet d’accompagnement des transitions à partir de leur lieu de travail et sur le champ. Nous constituions un réseau soudé d’acteurs du changement au naturel ».

Face aux problèmes croissants de recrutement et aux transformations digitales, l’entreprise ne doit pas s’attendre à ce que le collaborateur se conforme à elle, elle doit plutôt s’adapter à lui.

Ce sont les écarts des collaborateurs qui permettent d’instituer, non seulement de nouveaux choix industriels ou de services, mais aussi de nouvelles formes de travail collaboratif. Les rapports directs du community manager avec les clients d’une grande marque étaient impensables il y a quelques années ! »

La conformité peut être un frein alors qu’en se complétant, collaborateurs et entreprises, peuvent y gagner beaucoup.

J’avais moi-même dans mon équipe une assistante qui faisait un travail formidable de codage spécifique autour des bases de données de l’entreprise. Elle manquait de tact, voire était rejetée des interlocuteurs qu’elle bousculait par son « mauvais caractère », d’après eux. J’ai pu mettre en évidence sa compréhension lucide et active du « business ». Je l’ai faite passer cadre et elle occupe aujourd’hui la direction de l’activité marketing d’une importante branche pharmaceutique ».

En somme, le collaborateur ne doit se conformer à l’entreprise seulement sous certaines conditions. Toutefois, il faut veiller au développement professionnel et personnel de chacun dans cette innovation, afin que le collaborateur puisse se démarquer sereinement en entreprise.

Auteur : Eva Matesanz

Eva Matesanz est psychanalyste et socionalyste. Accréditée pour intervenir en entreprise en tant que coach professionnel. Chargée d'enseignement universitaire, et auteure, elle remet la clinique psychanalytique - la clinique c'est le cas par cas - au coeur de la relation d'accompagnement y compris en milieu business comme cela est naturel dans les pays anglo-saxons et d'influence hispanique, milieux de diaspora et de fertilisation croisée des penseurs de l'inconscient et de ceux de la volonté. Diplômée d’études supérieures en management à Madrid, en partenariat Erasmus avec l’ESC Bordeaux, et titulaire d’un Master 2 Affaires Internationales à l’Université de Paris Dauphine, elle effectue un parcours de management dans des grands groupes multinationaux de l’industrie et des services IT. Elle s'y forme aux pratiques systémiques et à la communication et en fait son premier métier. La psychanalyse à titre personnel lui permet de faire de l'accompagnement individuel et d'organisation , son métier de maturité, et de se faire une place de référence en quelques années. E V E R M I N D est son blog collectif de diffusion d'idées mais surtout d'infusion sensible des rapports humains. Bienvenue à vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *