D’inconscient à inconscient, réapprendre le management

 
 
imageElle est responsable d’un point de vente en cette chaîne à succès. Et elle est désignée coachée de l’année. « Une année ratée », dit-elle.
 
– Mon superviseur est parti sans préavis, et j’ai du assumer seule une des plus grandes boutiques de l’enseigne, ajoute-t-elle. Pour une première expérience de management c’était trop ! Alors apprenez-moi à mieux m’organiser et à motiver mon équipe. Quelques repères et je reprendrai de plus belle !
 
– Passons d’abord un peu de temps sur votre motivation à vous… et sur votre assise, lui rétorque le coach. Il remarque en passant qu’elle se tient en bord de son fauteuil, et le lui confie : – êtes-vous bien installée ici-même ?
 
– Merci bien mais c’est la façon naturelle dont je m’assois. Alors ! Comment procédons-nous ?
 
– Comme vous le faites là. Parlez-moi de vous comme ça vous vient naturellement.
 
Le coach se laisse alors aller, sans trop y penser, à la détente que sa cliente se refuse net. Il se cale dans son fauteuil et repose sa tête en arrière. La manageuse l’imite sans y prêter attention… Sauf que, très rapidement, elle sursaute et se relève :
 
– C’est l’image de mon père mort quand j’avais 8 ans qui m’assaille soudain !
 
 
L’inconscient s’invite en la relation. Un lapsus du corps et il prend son séant. 
Un lapsus… de l’accompagnant ! Il met en acte ce que son client évite à son tour pour une raison inconsciente refoulée. 
 
Autant de directivité, d’efficacité et d’aplomb suggéraient déjà fort une « angoisse de mort ». Lâchant ses résistances d’un mouvement du corps et de quelques mots, cette femme dirigeante a replongé à son insu dans le drame de son enfance ; un drame dont elle a perdu tout souvenir. Alors qu’elle a en tête la relative déconvenue d’un responsable hiérarchique absent, son inconscient lui fait revivre les conditions, complètement inacceptables aux yeux de l’enfant qu’elle était alors, de la disparition tragique de son père.
 
Comment retrouver ses marques en tant que manager, figure d’autorité, quand la figure originelle a manqué ? En relation avec son coach, re-connaisseur de l’indicible et modèle de renouveau.
 
***
 
 
 

Si vous êtes coachs expérimentés, superviseurs ou thérapeutes, alors Eva Matesanz et André de Châteuvieux aiment vous inviter à un atelier inédit et de rentrée :

 

L’inconscient, outil inné pour accompagner

Ce sera le vendredi 20 septembre à l’Atelier de l’Art de Changer, Paris 9.
Une journée ni clinique ni chamanique, dans un lieu propice au retour à soi, et animée sur le mode singulier de la supervision en groupe de pairs et en duo, pour prendre soin de ce que nos confrères psychanalystes nomment « l’inconscient instrumental ».

 
 
 
 
 
 

Auteur : Eva Matesanz

Eva Matesanz est psychanalyste et socionalyste. Accréditée pour intervenir en entreprise en tant que coach professionnel. Chargée d'enseignement universitaire, et auteure, elle remet la clinique psychanalytique - la clinique c'est le cas par cas - au coeur de la relation d'accompagnement y compris en milieu business comme cela est naturel dans les pays anglo-saxons et d'influence hispanique, milieux de diaspora et de fertilisation croisée des penseurs de l'inconscient et de ceux de la volonté. Diplômée d’études supérieures en management à Madrid, en partenariat Erasmus avec l’ESC Bordeaux, et titulaire d’un Master 2 Affaires Internationales à l’Université de Paris Dauphine, elle effectue un parcours de management dans des grands groupes multinationaux de l’industrie et des services IT. Elle s'y forme aux pratiques systémiques et à la communication et en fait son premier métier. La psychanalyse à titre personnel lui permet de faire de l'accompagnement individuel et d'organisation , son métier de maturité, et de se faire une place de référence en quelques années. E V E R M I N D est son blog collectif de diffusion d'idées mais surtout d'infusion sensible des rapports humains. Bienvenue à vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 + trois =