En transit autour de soi…

Les carrières de Ka Borde,
lieu du stage entre deux

Chacun de nous fait face en cette rentrée à une transition de vie. En quelques mois nos repères ont évolué. La fragilité a pris place dans notre quotidien et non seulement dans un avenir compromis par les conséquences écologiques des activités humaines.

D’une nouvelle chance…


Ce qui semblait important – un travail rémunérateur et pérenne, une famille regroupée et différenciée autour de loisirs communs et particuliers, des amitiés qui nous ressemblent et des voyages d’évasion de tout ce qui dans ces cadres était décevant- tout ce qui ordonnançait nos vies a perdu en continuité et a ouvert des failles dans lesquelles s’engouffrer sur un coup de tête ou un coup de coeur : seul, en couple, à plusieurs si possible différents et créatifs.

Ceux d’entre nous qui vivions des insatisfactions avant l’épidémie et le confinement, qui avions engagé un projet de transition plus construit, avec de véritables renoncements et des audaces reconnues, ceux-là se retrouvent repris par les masses en transit. Ils clament la force et la profondeur de leur orientation bien au delà d’un déménagement de Paris, d’une école alternative, d’un projet de bobos écolos en milieu rural comme jadis des conquistadors étaient arrivés dans la jungle avec leurs coquetteries : leurs nappes, leur vaisselle et leurs outils de toilette et de guerre.

Ce sont ceux-là que nous accompagnons, André de Chateauvieux et moi-même, en rencontre individuelle régulière. Ce sont ceux-là qui se sont réunis en collectif, en petit groupe de quatre à six, à taille humaine, aux échanges rapprochés et pleinement investis de pensée et d’affectif.

…à ce qui change vraiment

Ils ont une longueur d’avance et une profondeur aussi. Ils ont le retour de l’expérience avec ses affres et ses maigres butins au regard du rêve d’origine. Chacun, un projet différent. Ce sont des choix signifiants à l’échelle personnelle. Nous nous intéressons plutôt aux coordonnés spatio-temporelles. Le lieu est vite compris comme un ancrage personnel aussi. Un retour aux sources ou un éloignement choisi.

C’est à l’échelle du temps – la transition est un entre-deux entre un passé et un avenir, un présent dont on débraye le pilote automatique – c’est sur cet échiquier noir et blanc, en arrière et en avant, on et off qu’il commence à être possible de relier les participants d’une journée de travail sur cet entredeux qu’ils vivent.

Chacun se retrouve dans une temporalité bien à lui :

L’un, bien avancé dans sa transition, des formations accomplies, des recherches et des rencontres, « installé » dans cette transition sans plus savoir en sortir ;

L’autre, pas vraiment engagé, rentier des années passées, avec des activités qui se poursuivent par inertie.

Enfin elle, elle se vit passée de l’autre côté, mais ses rapports au temps et à la vie restent inchangés : beaucoup d’occupations aussi bien satisfaisantes qu’insatisfaisantes et des relations stables et d’autres stériles. Pas de rencontres fertiles. Et elle pense aussi bien à la créativité partagée qu’à la conception d’un bébé.

De l’éclipse de soi…

Précisons en préservant l’anonymat, les figures en présence : le chevalier, la reine et la tour. Deux pièces noires et une blanche. Les pièces noires ce sont les deux hommes, le chevalier et la tour. L’un consultant depuis 25 ans l’autre cadre dirigeant dans l’industrie du livre.

Le chevalier aimerait devenir seigneur, créer sa propre activité, avoir enfin un métier qui fournisse de la matière à penser plutôt que des supports d’organisation ? C’est la piste qui apparaît. Ses grands parents étaient enseignants. Son père, manager d’entreprise ce qui explique d’après lui, qu’il n’ait jamais voulu rentrer dans les rangs. Et qu’il réponde sans cesse aux appels à l’aide externe des dirigeants comme son père, peut-être.

La tour solide et battante, toujours tout droit toujours plus haut, se bat désormais pour devenir consultant dans un domaine jusqu’ici « réservé » : la vitalité des collaborateurs et des équipes, leur hygiène de vie et leur liberté d’esprit. Il s’est formé au coaching et aux médecines douces, préventives, auto-immunes, par l’alimentation, le repos et l’exercice. Il trouve dans son idéal ses rêves accomplies. Mais il s’agit désormais de vivre et d’en vivre.

La reine blanche est une grande dame des projets d’innovation en France. Elles les choisit, les instruit et obtient pour leur concrétisation des financements nationaux et européens. Son statut de fonctionnaire lui pèse. Son doctorat et son intelligence la lestent autant qu’ils l’ont toujours portée : admise par concours, respectée dans son grade et son ancienneté. Forte contributrice au sein de l’organisme qui l’emploie, elle a revu son équilibre de vie, effectué un bilan de compétences et retrouvé ses propres intérêts. Pour autant, ici ou ailleurs, dans les équipes successives, dans ses rapports personnels, le scénario est incomplet.

…Aux projections croisées

A la question posée à ses pairs de que pourriez-vous lui suggérer – desirer pour elle -, le futur coach répond : prendre soin de soi.

Sa question à elle s’adresse au chevalier et est celle de la haine de soi que semble recouvrer le rejet de son identité de conseil.

La question du chevalier en bas de la tour est celle de son ouverture aux visiteurs : du pont levis, des passerelles qu’il se garde de tendre aux inconnus et familiers.

Il est dans chaque transition une mise à distance de soi et de l’autre qui reste à franchir pour l’accomplir. Et c’est en resserrant ces distances, en groupe et en introspection, que l’expérience fugace peut donner envie d’une expérience grandeur nature, en groupe vivant, chacun dans son environnement.

Nous avions initié la journée par la visite d’une carrière : la reine s’était avancée pas à pas jusqu’à la paroi du fond ; le chevalier semblait réfléchir à son arrêt d’exploitation ; la tour admirait la hauteur de plafond. Nous n’en avons pas parlé. Rien de pire qu’un débriefing pour réduire l’expérience à néant mais une fois la journée passée ce retour sur soi au fond, cette reconnaissance des ressources ou de l’espace monumental dont chacun dispose et qui demeure, qui est davantage qu’un état ou qu’un passage entre les états : l’être soi parmi nous, ici, comme ailleurs, par delà la transition.

*Pour rappel, aucune velléité diagnostiqué ou pathologique dans cette description humaine : le refoulement de soi, ou inhibition, la haine de soi et de l’autre, dans des projections inconscientes, sont des psychodynamiques et des écosystémiques que nous partageons, et que chacun de nous dépasse quotidiennement. Le coût psychique de cette compensation consciente peut être allégé par l’accompagnement et les expériences encadrées citées en référence, pour une liberté accrue et une réalisation personnelle subjective et généreuse vis à vis du groupe d’appartenance.

Eva Matesanz Psychanalyste Groupaliste

Auteur : Eva Matesanz

Eva Matesanz est psychanalyste et socionalyste. Accréditée pour intervenir en entreprise en tant que coach professionnel. Chargée d'enseignement universitaire, et auteure, elle remet la clinique psychanalytique - la clinique c'est le cas par cas - au coeur de la relation d'accompagnement y compris en milieu business comme cela est naturel dans les pays anglo-saxons et d'influence hispanique, milieux de diaspora et de fertilisation croisée des penseurs de l'inconscient et de ceux de la volonté. Diplômée d’études supérieures en management à Madrid, en partenariat Erasmus avec l’ESC Bordeaux, et titulaire d’un Master 2 Affaires Internationales à l’Université de Paris Dauphine, elle effectue un parcours de management dans des grands groupes multinationaux de l’industrie et des services IT. Elle s'y forme aux pratiques systémiques et à la communication et en fait son premier métier. La psychanalyse à titre personnel lui permet de faire de l'accompagnement individuel et d'organisation , son métier de maturité, et de se faire une place de référence en quelques années. E V E R M I N D est son blog collectif de diffusion d'idées mais surtout d'infusion sensible des rapports humains. Bienvenue à vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 × trois =