Les épreuves pour grandir, un modèle vivant de transition

Vous reconnaissez vous dans ces peurs de lâcher le connu et aimé et voyez vous peu à peu que vous le gardez en vous ? Objet transitionnel. La transition opère, oeuvre en vous. Pour mieux emmener vos connaissances et affects sur d’autres terrains et dans d’autres relations et aussi dans la relation avec vous. Courageux, résolus, comme l’enfant adorable de 8 ans, souvenez vous.

J’ai assisté au Séminaire Psychanalytique 2019 de la société du même nom, Séminaires Psychanalytiques de Paris, leaderés par Juan David Nasio entouré d’une équipe de grande valeur intellectuelle et humaine.

« Les épreuves qui font grandir » font référence aux épreuves fondatrices de toute vie humaine que sont la naissance le sevrage, l’Oedipe et l’abandon définitif de l’enfance pour entrer en adolescence. Dans la sexualité adulte.

La séparation, la dépendance, le désir et le renoncement à la toute puissance trouvent lors de ces quatre épreuves premières le prototype des épreuves que la vie va représenter inlassablement : les moments de deuil, ceux de subordination voire de soumission, les parcours conquérants et ceux de transition, vides de sens dans leur essence même qui est celle de ne pas aboutir tant que de transition il s’agit.

J’étais venue essentiellement pour Christian Pisani dont j’admire la pratique, la capacité réflexive et l’ouverture et la profondeur qu’il sait donner aux quelques notions partagées dans l’univers jamais assez théorique et jamais certain qu’est la psychanalyse.

J’ai découvert Harry Ifergan qui fait de la période dite de latence de 6 à 12 ans, épreuve ultime, fabuleuse d’un abandon à vivre, la période la plus active et méconnue qui soit et qu’elle le reste pour longtemps.

Délices d’un jardin secret premier qui peut permettre tellement d’autres retraites en bien d’autres jardins la vie durant.

Je vais en parler à ma façon. Certains étayages viennent de lui mais c’est moi qui veut faire ce récit pour les personnes en transition que j’accompagne et qui se reconnaîtront.

L’image choisie pour cette période de latence est un dessin de la main de ma soeur sur une photo de ma plus jeune soeur de mon plus jeune enfant, 19 ans à présent. Elle sait jouer et rejouer de la latence admirablement.

Latence, 2019
Elisa Paillot par Monica Matesanz sur une capture de Maria Matesanz

Harry Ifergan focalise particulièrement sur l’entre deux : entre l’Oedipe qui représente le fantasme du sexuel et la reaffirmation narcissique et la vraie latence qui s’installe avant l’adolescence. Cet entre deux de latence active est celui de six ans à huit ans.

De six à huit ans

Le corps à corps parental reste présent, l’imaginaire est toujours fort mais il côtoie la réalité plus aisément, les apprentissages prennent la dimension du plaisir plutôt que de la contrainte mais déjà l’enfant imagine les véritables contraintes de la séparation et de sa vie : ses propres choix réduits qui seront d’abord des goûts de collégien avant de rentrer dans des choix d’orientation et d’amitié jusqu’à la  » bande à part  » : la veritable nouvelle génération dans lequelle il s’inscrit.

La vie diurne, manifeste, est celle d’un enfant qui connaît de mieux en mieux ses obligations et ses possibilités. Il joue, il travaille, il aide, il se pose et il se mobilise à bon escient la plus part du temps. Les pointes émotionnelles, les impulsions et les oppositions semblent en effet s’apaiser, rentrent en latence effectivement. Tout ceci réapparaîtra, nous adultes le savons bien, avec une intensité féroce chez l’adolescent.

La vie nocturne est celle qui donne à voir tout le travail psychique qui s’effectue. Plus dense que jamais. Plus exacerbé aussi. L’enfant « deale » littéralement avec tout ce qu’il a engrangé comme substance grise dans sa courte vie.

Ce n’est pas nouveau : entre 2 ans et 4 ans il faisait de ses éprouvés et de ses découvertes un puzzle géant qu’il devait recomposer à chaque nouvel éprouvé intime ou vécu affectif. Les grands chamboulements que peuvent être un déménagement, un divorce, une naissance, la perte d’un parent le plongeaient dans un éclatement massif de ce puzzle qu’il reconstruisait à la vue de tous de jour en jour, avec les maladresses et les pirouettes qu’on peut lui reconnaître encore une fois adulte. Le traumatisme laisse des traces.

Entre 6 et 8 ans l’enfant n’a plus la prétention de pouvoir former un puzzle. Il ne tient plus rien. La toute puissance l’a lâché. Et les pièces aussi se perdent dans un refoulement actif. L’amnésie infantile compense et régule la capacité de mémoire et décision qui caractérise notre seule espèce animale.

Entre 6 et 8 ans l’enfant cherche avant tout à pouvoir adopter et s’approprier le mode d’articulation de ce qu’il a vécu selon ses propres choix pour pouvoir le rapporter avec aisance sur ce qu’il vit et vivra encore : la séparation, les nouveaux accordages, le désir singulier et la solitude à laquelle il aboutit.

On trouve dans ses rêves et dans ses fantaisies les peurs fondamentales et les images récurrentes que voici.

L’irruption du voleur dans la maison est le rêve ou la fantaisie la plus fréquente. Il s’agit plus concrètement de son ravisseur qui règle d’un seul coup tous les problèmes de l’abandon de ses parents, du départ dans le monde aux côtés d’un bon brigand, du désir qu’il projette aisément sur lui et ses réalisations hardies et de sa différence aussi. Les touches dramatiques des parents ligotés, du sang versé ci et là, des complicités et des trahisons permettent à chaque enfant de vivre son scénario très personnel, de remuer ses affects à la hauteur de ce que le fait de grandir lui cause effectivement comme remous de conscience et d’inconscient. Ces fantasmes primaires violents et sexuels, dans la dévoration du sein, le meurtre du père, finissent de se ranger dans l’oubli.

Au fond il s’agit de « savoir » comment continuer à aimer et comment se sentir encore aimé sans avoir à rester « proche » des êtres aimés absolument que sont les parents. Sans s’imposer la proximité physique ni identitaire non plus.

D’autres peurs s’affinent pour chacun :

Peur de perdre l’amour maternel.
Perte effective des parents lorsque par exemple le père est pilote de loisir ou la mère conductrice assidue pour son travail.
Crainte d’avoir autres parents.
Enfant qui n apprend pas à lire et écrire pour ne pas apprendre sur des papiers administratifs ses véritables origines.
Peur de ne pas être aimé.
Peur de rester seul à la maison.
Les tics, la bougeotte révèlent la tension psychique en des lieux inconnus.
Peur de rester seul à la maison aussi.
Peur que se réalisent les horreurs vues dans un film ou dans un jeu vidéo.
Le dénuement et la pauvreté dans la famille ou dans la rue et le sentiment de protection disparaît.
Les disputes entre les parents alimentent la fantaisie de scission.
Crainte aussi des groupes d’amis, des préférences en leur sein, des bandes et des fâcheries.
Les réactions imprévisibles des parents sont un coup de tonnerre dans le ciel serein de cette période.
Ou alors c’est l’enfant qui provoque les parents sans s’en rendre compte pour trouver l’apaisement à ses tensions.

Si les parents peuvent s’identifier à l’enfant du temps où ils étaient eux mêmes enfants, ils pourront l’accompagner lui signifier que son vécu est familier et meme universel, qu il le relie à eux en même temps qu’il le sépare.

Autrement l’enfant passera à des comportements spécifiques véritablement anormaux en cette période de réorganisation patiente comme par exemple des régressions (euneresie, anorexie) et des violences (scarification, maladies, accidents).

Dans la vie, d’autres périodes de crise et de transition auront lieu qui pourraient faire resurgir ces incompréhensions de cette période unique, non soumise à des conflits affectifs déterminants comme celui de l’amour et de la haine du père et de la mère, deux tuteurs, deux jambes pour avancer, dans le sentiment et dans l’effort la haine devenue rivalité saine ; ni à des enjeux narcissiques majeurs, ceux qui verseraient dans l’effondrement et la disparition. Ces périodes peuvent bénéficier de l’accompagnement d’un professionnel qui écoute les fantasmes autant que les écueils relationnels et identitaires, mais surtout les fantasmes. Pour cela la psychanalyse du coach est une traversée personnelle qui enrichit autant sa personnalité que son action.

Et pour ce qui est des patients cités en exergue « qui se reconnaîtront » vous reconnaissez vous dans ces peurs de lâcher le connu et aimé et voyez vous peu à peu que vous le gardez en vous ? Objet transitionnel. La transition opère, oeuvre en vous. Pour mieux emmener vos connaissances et affects sur d’autres terrains et dans d’autres relations et aussi dans la relation avec vous. Courageux, résolus, comme l’enfant adorable de 8 ans, souvenez vous.

Auteur : Eva Matesanz

Eva Matesanz est psychanalyste et socionalyste. Accréditée pour intervenir en entreprise en tant que coach professionnel. Chargée d'enseignement universitaire, et auteure, elle remet la clinique psychanalytique - la clinique c'est le cas par cas - au coeur de la relation d'accompagnement y compris en milieu business comme cela est naturel dans les pays anglo-saxons et d'influence hispanique, milieux de diaspora et de fertilisation croisée des penseurs de l'inconscient et de ceux de la volonté. Diplômée d’études supérieures en management à Madrid, en partenariat Erasmus avec l’ESC Bordeaux, et titulaire d’un Master 2 Affaires Internationales à l’Université de Paris Dauphine, elle effectue un parcours de management dans des grands groupes multinationaux de l’industrie et des services IT. Elle s'y forme aux pratiques systémiques et à la communication et en fait son premier métier. La psychanalyse à titre personnel lui permet de faire de l'accompagnement individuel et d'organisation , son métier de maturité, et de se faire une place de référence en quelques années. E V E R M I N D est son blog collectif de diffusion d'idées mais surtout d'infusion sensible des rapports humains. Bienvenue à vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cinq + 18 =