Être (ou ne pas Être) influent (et Influenceur)

Être influenceur…

J’ai aimé partager l’article de Christophe Ginisty  » les 5 clés pour devenir influenceur  » auprès de mon réseau LinkedIn. Et, outre l’intérêt que chaque article de Christophe suscite en eux, qui l’ont de plus rencontré à un afterwork dans la vie réelle que j’avais aimé organiser – réseau social physik et geek ne vont pas l’un sans l’autre pour moi -, une question  » numéro chance  » m’a été retournée. Comme une sixième clé, comme un sixième sens.

Être influent, oui, mais peut-être avant tout faire des choix : sur qui, sur quoi ?

Être influent ne peux pas, certes, partir d’un vide : la singularité, la persévérance en sa singularité, la production de contenus originaux dérivés de de cette singularité, la capacité à se relier à d’autres, porteurs de singularités complémentaires, notamment par la pratique du commentaire ailleurs, et du  » name dropping  » chez soi, étaient les cinq clés avancées par Christophe.

De là à cerner par avance une singularité à produire, et sur qui pourrait elle agir ce serait, de mon point de vue, contre-productif, paradoxal.

C’est l’ensemble de nos partages qui reconstitue au mieux la personne singulière, de par plurielle, complexe, que chacun de nous, nous sommes. C’est leur évolution dans le temps qui donne à voir comment cette personne se  » personnalise « ; mûrit ses sentiments et sa pensée, chancelle en des terrains moins confortables pour elle, ceux qui l’appellent à changer.

J’accompagne le développement par la connaissance de soi d’autres accompagnateurs, au moyen de ce qui se nomme supervision individuelle en groupe de coachs, de managers et de psychologues. Et j’y interviens en duo d’animateurs, afin de mettre toujours au cœur des controverses groupales, la confrontation d’au moins deux superviseurs, sans que jamais l’un « l’emporte » de sa vision  » personnelle « , de sa crispation du moment lorsque ce qui se vit et qui touche au plus profond de l’être le dépasse en tant qu’individu ; le transcende en tant que co-animateur. C’est dans l’espace aéré entre nous deux – j’aime à penser – que le client se perd pour mieux se retrouver, seul.

André de Chateauvieux, mon associé, étant intervenant en groupe de formation de coachs universitaire, il est souvent choisi pour superviseur, et ma présence  » fait partie du lot  » alors, pour certains de ceux et celles qui nous rejoignent.

Ou veux-je en venir ?

À un cri du cœur, d’un des participants, excédé visiblement de se perdre plus que de se trouver face à un André qui n’est ici plus formateur, rassurant de transmission, mais co-accompagnateur faillible et co-dépendant. Influenceur influent.

– Rendez-moi mon André d’avant !!!

Ce coach à quitté le groupe. Ce coach a préféré garder l’illusion d’une influence sur lui qui demeure maîtrisable et connue. Sur le fil d’actualité il aurait dit :  » je n’aime pas certains de tes partages, ceux qui me heurtent, et au lieu de m’interroger sur cet impact qui est influence puissante et par le négatif, je te bannis de mon cercle.  »

Sur qui, sur quoi. Nous serions influents là ou nous nous méconnaissons et sur ceux les plus étrangers à soi.

La serendipite qui préside au mouvement naturel des réseaux nous rapproche de ceux « qu’il nous faut » et nous révèle  » hésitants « , vivants. Et qui vivra verra.

Qui vivra sur les réseaux, verra l’influence singulière qu’il porte en lui, en elle. Et qui s’éteindra avec lui. Qui s’éteint à chaque incompréhension avec un  » followee « . Qui vivra sur les réseaux, verra, à chaque instant, sa mort.

Être influent : sur qui, sur quoi. De soi et sur son temps.

Être influent c’est danser avec la marionnette en nous, avant tout. D’où l’illustration… Du Festival de la Marionnette en Belgique. J’adore.

 

image

Eva Matesanz
A propos

Eva Matesanz est Psychanalyste et Coach professionnel. Chargée d'enseignement universitaire, et auteure, elle remet la clinique psychanalytique au coeur de la relation d'accompagnement y compris en milieu business comme cela est naturel dans les pays anglo-saxons et d'influence hispanique, milieux de diaspora et de fertilisation des penseurs de l'inconscient. Eva Matesanz co-anime avec André de Chateauvieux des espaces de réflexion et d'action collectives inédites : Mars et Venus sur le divan, au sujet du masculin-féminin, L'accompagnement collaboratif, car comment accompagner les collectif sans s'y astreindre soi-même en équipe de consultants, de managers ou de coachs. Et Érotiser l'entreprise, à l'adresse des RH des entreprises collectives. Diplômée d’études supérieures en management à Madrid, en partenariat Erasmus avec l’ESC Bordeaux, et titulaire d’un Master 2 Affaires Internationales à l’Université de Paris Dauphine, elle effectue un parcours de management dans des grands groupes multinationaux de l’industrie et des services IT. Elle s'y forme aux pratiques systémiques et à la communication et en fait son premier métier. La psychanalyse à titre personnel lui permet de faire de l'accompagnement individuel et d'organisation , son métier de maturité, et de se faire une place de référence en quelques années. Coach accrédité Senior de la fédération CNC. Chargée d'enseignement universitaire et auteure d'ouvrages de management. E V E R M I N D est son blog collectif de diffusion d'idées mais surtout d'infusion sensible des rapports humains. Bienvenue à vous.

Tagués avec : , , , , ,
Publié dans Slide Home, Whatever Works

Laisser un commentaire

Se former

Pour ne rien rater de nos publications et apporter vos commentaires.

Suivez-vous!