Après les balles, quelles bulles ?

Sur les traces de l’année 2014, j’en dessinais, il y a peu, il est loin, les derniers sillages en V : j’en dessinais la Violence et j’en dessinais la Volonté. Sur l’écran de mon i-pad je dessinais les url d’accueil de deux projets d’écriture à priori sans aucun lien :

– Celui de l’intime violence d’abord, de ce qui est en nous, en chacun de nous, destructeur. Tabou de ceux qui se targuent d’aimer l’humanité. Et qui en imposent la dictature mortelle du seul bonheur recherché.

C’était le projet d’écrire mon intime violence avant tout, tant subie – témoignage de victime, une de plus, d’un grand pervers, et de deux, et d’autant d’hommes qui le pourraient -, mais tant subie comme donnée. Puisque au bout du bout du bout, je reconnais, ma propre violence d’exister.

– Le projet d’écrire aussi, parallèle, à côté, à propos de la Route des Indes, qui m’a vu naître, sans que je ne le sache assez. Témoignage d’un hier si présent ma vie durant. Et il est temps de la tracer.

Deux projets d’écriture alors, pour 2015 : une fiction auto-biographique, et un témoignage étincelle, brûlot pour mieux accompagner, la nature profonde de chacun.

D’autres autour de moi, j’imagine, lasses de résolutions, trouvaient d’autres points d’inflexion, à l’occasion de l’année qui s’achève et de cette nouvelle année risquant de l’étirer mollement.

Et ce sont les armes inflexibles venues du plus inhumain qui ont fait que l’année 2015 commence bien le 1er janvier, mais ne dure que la semaine qui se brise le mercredi 7.

Puis, ce furent trois jours de Passion, de fin de semaine et d’année. D’un monde qui se refait.

Le dimanche 11 janvier nous dessinions d’un seul homme – appelons-le Charlie ou Ernest -, non pas une nouvelle année mais trente années il me semble :

– Le chemin de la grande guerre de 14, à celle de 45, était parcouru d’un trait.
– Celui du dégel Est-Ouest, bris d’un mur en 1989, viendrait-il, je me prends à penser, se parfaire à l’horizon 2019 ?

Large ouverture au grand Est ? Grand renversement Nord – Sud ?

Depuis, de fait, « L’intime Violence » s’écrit à l’instant et à plusieurs. La recueillir je pourrais, mais pour l’instant, je ne le veux. Je sens que cette entreprise n’est plus celle d’une année 2015, mais d’une vie auprès d’un enfant du siècle, le nôtre, le leur. Je prends rendez-vous avec mes enfants et les vôtres.

« La Ruta », elle, est ma contre-enquête de soi. Et qui va de soi, plus que jamais. Mon grand renversement à moi. Ma large ouverture au Sud Est Asiatique : les Philippines. Les Philippines c’est moi. Et caresser le métissage dont je suis issue, dont chacun de nous l’est. Les premières lignes que j’ai pu, là oui, coucher, en sont les tissages imparfaits.

Et vous ? Après les balles, quelles bulles vous sont restées ? Plus éclatantes peut être. Plus fragiles. Bien plus vraies.

#JesuisCharlie et nous sommes, des millions, irréductibles, humains.

 

*

 

Eva Matesanz accompagne les dirigeants dans leurs choix les plus impensables, leurs désirs enfouis singuliers. Par la psychanalyse. Aux côtés de cette pratique clinique, elle est théoricienne de l’art du lien, auteure et conférencière, chargée d’enseignement universitaire. Avec André de Châteauvieux, elle anime l’Ecole nouvelle de l’Accompagnement, en formation et supervision au naturel, sans plus d’outils, des métiers de la relation (consultants, coachs, thérapeutes, managers, RH, RI). Et en Think tank de l’accompagnement, avec un premier cercle d’accompagnateurs qui pensent et agissent le renouveau de la profession, elle livre sa pensée et son action personnelles chemin faisant. A venir, sur web site blog : Psy Choses ou Psy Co Tropes. En cours de définition… Et cet article est son premier dans ce nouveau cadre. Ouvert !

Eva Matesanz
A propos

Eva Matesanz est Psychanalyste et Coach professionnel. Chargée d'enseignement universitaire, et auteure, elle remet la clinique psychanalytique au coeur de la relation d'accompagnement y compris en milieu business comme cela est naturel dans les pays anglo-saxons et d'influence hispanique, milieux de diaspora et de fertilisation des penseurs de l'inconscient. Eva Matesanz co-anime avec André de Chateauvieux des espaces de réflexion et d'action collectives inédites : Mars et Venus sur le divan, au sujet du masculin-féminin, L'accompagnement collaboratif, car comment accompagner les collectif sans s'y astreindre soi-même en équipe de consultants, de managers ou de coachs. Et Érotiser l'entreprise, à l'adresse des RH des entreprises collectives. Diplômée d’études supérieures en management à Madrid, en partenariat Erasmus avec l’ESC Bordeaux, et titulaire d’un Master 2 Affaires Internationales à l’Université de Paris Dauphine, elle effectue un parcours de management dans des grands groupes multinationaux de l’industrie et des services IT. Elle s'y forme aux pratiques systémiques et à la communication et en fait son premier métier. La psychanalyse à titre personnel lui permet de faire de l'accompagnement individuel et d'organisation , son métier de maturité, et de se faire une place de référence en quelques années. Coach accrédité Senior de la fédération CNC. Chargée d'enseignement universitaire et auteure d'ouvrages de management. E V E R M I N D est son blog collectif de diffusion d'idées mais surtout d'infusion sensible des rapports humains. Bienvenue à vous.

Tagués avec : , ,
Publié dans Ever Whatever, Slide Home

Laisser un commentaire

Se former

Pour ne rien rater de nos publications et apporter vos commentaires.

Suivez-vous!