la Compagnie des Superviseurs ou comment devenir coach-analyste

La Compagnie des Superviseurs, là c’est parti !
La première séance en groupe c’était mercredi dernier ; avec quelques défenses massives, genre « position méta », « jeux de rôle » ou « je vais te tirer les vers du nez »… Mais tout ça sans être dupe.

Cette compagnie-là n’existe nulle part ailleurs ; c’est loin des référentiels de compétences et de la bienséance, c’est comme une base de vie pour les compagnons de la supervision.
C’est pour tisser des liens entre psychanalyse et coaching, toujours ; et c’est l’un des parcours que, Eva & moi, on aime animer pour les Coachs-Analyste.

Et là, en partage, quelques indications pour faire route ensemble.

Bonjour,

Et merci à chacune et à chacun de votre intérêt pour cette compagnie-là qui ouvre un espace inédit pour le « métier impossible » qu’est celui de superviseur, tout comme ceux qui font profession de « gouverner, soigner ou enseigner » ; impossible car « garanti d’emblée d’un succès insuffisant », disait Freud.

Ce groupe est ouvert :

• à ceux qui animent des ateliers d’analyse de pratiques ou des groupes de co-développement, et ainsi supervisent déjà à leur manière, et qui souhaitent revenir aux sources de notre métier, s’inspirer de la psychanalyse et intégrer en particulier les jeux de transfert et de contre-transfert dans leur pratique ;

• à ceux qui supervisent un confrère moins expérimenté, ponctuellement ou comme mentor, et qui sentent bien alors le besoin de gagner en liberté pour offrir ça aussi à d’autres coachs ;

• à ceux qui démarrent ou créent une activité de supervision, en individuel ou en groupe, et qui souhaitent se former au contact, en situation, et toujours aux sources de l’accompagnement ;

• et aussi à des superviseurs déjà installés et heureux de pouvoir se frotter en groupe de pairs et se développer comme coach-analyste.

Notre ambition est de tisser ensemble des liens créatifs entre coaching et psychanalyse, et aussi, comme cela a surgi en première séance de groupe, d’animer une « salle de garde », comme les médecins, pour notre « hygiène » personnelle et comme une « caisse de résonance » sur des questions souvent taboues dans notre métier ; et puis, pourquoi pas, partager aussi nos travaux au fil de l’eau avec d’autres accompagnateurs sous la forme de questionnements ouverts.

Ce qui nous réunit pour l’instant c’est un fil de 9 séances sur l’année scolaire 2015-2016, avec aussi les différentes thématiques qui surgiront. Et, comme évoqué mercredi dernier, pour susciter la dynamique, nous avons pressenti quelques premiers thèmes :

• La « supervision sauvage », celle qu’on pratique sans lui donner encore le nom ni la forme d’une supervision, et qui est riche de révélations sur comment nous supervisons naturellement, avec la part d’idéalisation et d’inhibition qui corsète la pratique aussi. Et ne garder que le naturel alors.

• « La rivalité » ou sa facette plus glamour, l’idéalisation entre confrères et toutes les inhibitions alors ; parce que superviser celui qui fait le même métier que soi-même ne peut pas laisser indifférent au fond.

• « L’amitié » : pour les coachs qui demandent à leur superviseur de devenir leur ami pendant ou à la fin d’un parcours de supervision, et comme une manière alors de sortir de l’asymétrie de la relation.

Nous aurons le souci de laisser la place à chacun et sur tous les thèmes, nous travaillerons toujours sur du spécifique, sur l’analyse de la pratique et sur la singularité de chaque superviseur de la Compagnie.
L’investissement pour ce parcours est de 1500 € TTC. Cette somme sera réglée soit en totalité, lors de la prochaine séance en novembre, soit en deux fois : 500 € en novembre et 1000 € à la séance de janvier. Dans les deux cas, deux règlements seront faits pour moitié et pour chaque animateur : Eva et André.

Voici le calendrier des séances : 7 octobre, 18 novembre et 9 décembre 2015 ; 20 janvier, 24 février, 30 mars, 20 avril, 18 mai et 15 juin 2016.
Ce sera à l’atelier de 18h00 à 20h00.

La présence de chacun est requise pour l’ensemble du parcours. Toute absence sera remplacée par une séance individuelle et en duo avec nous pour préserver la continuité du travail, avec un supplément symbolique alors. Vous pouvez aussi introduire des séances individuelles en complément de la Compagnie si vous sentez que des situations sensibles n’ont pas de place dans le groupe.

La Compagnie des Superviseurs n’est pas un lieu de supervision de coachs ; alors chacun est invité à continuer d’être accompagné par ailleurs. Si vous souhaitez approfondir la pratique clinique psychanalytique, vous pouvez aussi rejoindre un groupe de supervision que nous animons en duo.

Vos dernières questions et règlements peuvent intervenir, brièvement, en ouverture de la séance du 18 novembre, et place au travail entre nous aussitôt !

Bienvenue à vous en bonne compagnie alors ; nous l’aurons aussi « mauvaise » parfois ; et au naturel toujours de notre accompagnement.

André & Eva

Cette compagnie-là n’existait nulle part ! Pour aller loin des référentiels de compétences, construire une base de vie pour les compagnons de la supervision. Wellcome on Board !

André de Châteauvieux

André de Châteauvieux dirige le cabinet de l'Art-de-Changer : un espace singulier dédié à l'accompagnement des dirigeants, à la supervision des coachs et à l'innovation dans le champ du coaching : "Coach de dirigeants et superviseur de coachs, thérapeute et enseignant à l'université de Paris II, j'aime accompagner au cœur des crises et par-delà. Un peu comme un médecin chinois au fond. Un peu chercheur aussi, j'aime animer des journées d'étude pour les fédérations de coachs et puis écrire sur les coulisses de l'accompagnement : Le grand livre de la supervision (Eyrolles, 2010), Le livre d'or du coaching (Eyrolles, 2013). Et parfois vagabonder sur les chemins de traverse avec mon piano à mots."

Tagués avec : ,
Publié dans Ever Whatever

Laisser un commentaire

Pour ne rien rater de nos publications et apporter vos commentaires.

Suivez-vous!