La libre association d’aimer

imageLe verbe aimer est à la fois transitif et intransitif. On peut aimer dans l’absolu et aussi aimer sa prochaine au risque de lui faire huit enfants ou son prochain avec le danger qu’il soit un poète maudit, donc alcoolique ou défoncé. Mais c’est aussi un verbe relatif pour peu que le cœur supposé l’animer batte trop vite ou par intermittence. C’est un verbe sportif aussi: il nécessite un entraînement quotidien, il implique beaucoup de sueur de sang et souvent de larmes. On aurait aimé aimer en dilettante, comme ça vient, ou suivant l’orientation d’une brise tiède et parfumée. On aurait aimé. Mais les vents tournent et l’on a souvent mieux à faire. C’est que le verbe aimer pâlit quand on ne le regarde pas. C’est que le verbe aimer se conjugue aussi au passé décomposé, qu’il s’accorde avec le temps, l’amour des parents, la vie qui se tasse et t’entasse. Un jour tu es démuni devant le verbe aimer, il te le rendait bien, tout à coup il ne te rend rien. Quand tu l’as égaré dans un tiroir, cherche le, ne l’oublie pas, ne renonce pas. Les autres verbes n’en valent pas la peine, de toute façon il y en a plein les rayons des supermarchés.

Denis Parent
A propos

Denis Parent est un journaliste, réalisateur et écrivain français né à Cambrai le 28 novembre 1954. D'abord journaliste spécialisé dans le cinéma (Première, Studio Magazine, Ciné Cinéma), c'est en tant que réalisateur que Denis Parent se fait connaître. Il est l'auteur de plusieurs courts métrages dont "Va au diable", et d'un long, "Rien que du bonheur", une comédie avec Bruno Solo. Ancien étudiant en lettres, c'est aussi dans ce domaine qu'il exerce ses talents : scénariste de bande dessinée, auteur de nouvelles et de pièces de théâtre, depuis son île, en toute clandestinité. Il a publié ainsi "Perdu avenue Montaigne vierge Marie" (2008), "Un chien qui hurle" (2011), "Grand chasseur blanc" (2014), et aujourd'hui "Sanguinaires" (janvier 2016), le second tome d'une trilogie dite "nomade". Le troisième "Une fleur de frangipanier, un verre de Saint Julien et un baiser" devrait paraitre dans les deux ans. Le point commun de ces livres, comme leur titre générique l'indique: des histoires de gens qui fuient, bougent, voyagent, cherchent. Bref refusent la sédentarité, l'immobilisme. En partage sur E V E R M I N D les coups de cœur, et au coeur, d'Eva.

Tagués avec : ,
Publié dans Ever Whatever, Slide Home

Laisser un commentaire

Se former

Pour ne rien rater de nos publications et apporter vos commentaires.

Suivez-vous!