La rencontre en espace analytique, ou l’étendue de la psyché…

      

Le premier rendez.
Nous sommes face à face.

J’interroge d’abord la présence, celle qui s’adresse à moi et dont j’apprécie tant l’impénétrabilité radieuse qu’il impose à mon regard.

J’écoute d’abord un corps, son inscription dans mon espace familier.

J’observe les effets qu’il suscite dans cet espace. Ici ou là, je soutiens mon regard pour mieux saisir le poids qu’il porte en son dedans.

 Au fil des premières minutes, l’oeuvre de sa présence vient à s’affirmer progressivement, elle s’érode, se creuse ou se disperse. Elle éclate en quelque sorte.

Freud« Il se peut que la spatialité soit la projection de l’extension de l’appareil psychique. Vraisemblablement aucune autre dérivation. Au lieu des conditions a priori de l’appareil psychique selon Kant. La psyché est étendue, n’en sait rien. »

Rare aphorisme de Sigmund Freud supposé être destiné à son Abrégé de psychanalyse, publié à titre posthume, en 1940.

*

 L’abstraction issue de la première fulgurance de mon regard sur ce corps se concrétise lentement: apparaissent des éclatements, territoires ou démembrements singuliers. Je perçois des contours ou des gestes insistants, des entrelacements de doigts, des noeuds, des érosions, peut-être même des vides, ici une pâleur, une couleur….

        J’observe simplement ce corps en ma présence, qui me regarde autant que le mien le regarde et s’ajuste – deux corps en exil que la parole de l’un et l’écoute de l’autre vont inexorablement rapprocher. C’est une première alliance tragique, un préalable qui doit nécessairement s’opérer pour assurer l’authenticité de mon écoute.

        Puis vient à moi le souffle et la voix, une buccalité d’abord avant qu’elle ne devienne une bouche, une substance avant qu’elle ne devienne une pensée. Bientôt surgit le travail de l’image dont la substance sonore s’adresse à moi.
        Une Psyché se déroule et s’étend bien avant que le sujet s’allonge.

 

image

 

« C’est de cette Psyché qui ne se sent pas, qui ne se sait pas, – le cerveau humain est système nerveux central sensible au corps, insensible à lui même en son abstraction -, dont il a été question ce jour à l’Atelier des Jardiniers.
Et dans la relation à l’autre, seulement, se sentir, humain. »

Eva Matesanz

Jean Marie Von Kaenel est Docteur en Psychopathologie et Psychologie Clinique. Il exerce son métier-passion en tant que psychanalyste sur demande privée, et auprès des institutions en animateur de groupes dits Balint, d'analyse des mouvements transférentiels : réactualisation d'affects anciens en milieu professionnel actuel. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages et publications. Et ici il publie, en avant-première, des extraits de son ouvrage en préparation. Sur l'espace analytique qui, en l'entre-nous, se modèle. Il co-anime également, avec André de Châteauvieux et Eva Matesanz, événements d' E V E R M I N D. Corps et âme. Auteur présent.

Tagués avec : , , ,
Publié dans Slide Home, Whatever Works

Laisser un commentaire

Pour ne rien rater de nos publications et apporter vos commentaires.

Suivez-vous!