La reprise

– De la répétition, de la répétition, vous ne provoquez en moi que de la répétition ! J’en ai assez de papa-maman. Est-ce que vous pourriez m’offrir autre chose que ce que j’ai déjà vécu, et dont je ne veux plus !

C’est la reprise des hostilités, pardon, la reprise des séances en cette rentrée. Elle pose sa visée pour les séances à venir peut-être. D’un « surprenez-moi » elle est sans surprise venant d’elle-même…

Et lui, c’est du pareil au même :

– J’ai bien réfléchi. Il est urgent que vous m’aidiez à trouver le comment et non plus le pourquoi.

– !?

– Vous voyez ? Par exemple, lorsqu’en réunion je perds le fil de ma pensée, trop occupé à rassembler les pensées des autres dans ma tête, ce n’est pas de savoir pourquoi je fais ça qui va changer ce que je fais. Vous pouvez me donner quelques astuces de recul et de présentation, afin que je puisse intervenir, reprendre place dans la réunion, et me retrouver peut-être…

– Vous voulez des séances de dressage ? -J’adoucis : – De training ou entraînement ?

– Non, oui, enfin vous comprenez. Je vais vous donner une autre image. J’écris mal et à part prendre des cours de calligraphie et d’orthographe je ne vois pas comment savoir pourquoi j’écris mal changerait quelque chose à l’affaire.

– …

– En plus je vois très bien la scène où ce travers s’est installé ! J’ai rendu un devoir, un vrai torchon à ma maîtresse, et à la remise des copies devant la classe entière elle m’a traité de nul. Depuis j’ai persisté. Mais la honte que j’ai vécu à cet instant précis je la sens encore monter aujourd’hui. Cela peut être cette scènes l’origine. Mais cela peut être toute autre.

– Oui, lorsque votre mère vous dictait votre devoir justement. – Il y a un blanc, je précise pour qu’il ne se vive pas soumis mais responsable de la tournure qu’il donne lui même à sa cure : – Vous l’aviez mentionné à la séance précédente, et de séance en séance le fil de l’inconscient se délie.

Entre la mère et la maîtresse c’est une position inconfortable, originelle, pour tout homme qui s’affirme dans son genre. C’est le pourquoi qui se répète et le comment se fige seulement… Il peut se figer sur un apprentissage nouveau mais jamais se vivre léger si le pourquoi est chargé affectivement. Ce n’est pas une cognition que l’on recherche, mais un état infantile persistant.

Il reprend se ailleurs.

– Vous voyez bien que je peux refaire l’histoire comme je vais, que c’est de la reconstitution de souvenirs qu’il peut s’agir !

– Il vaut mieux une reconstruction qu’un abîme avec ou sans les ruines. Et de toute façon la honte, cette honte qui remonte en vous, vous ne pouvez pas l’inventer. Elle est, et elle a été, et elle a quelque chose à vous dire pour la suite de vos jours.

Je ne vois pas. J’écoute. Je ne répète pas. Je vis. C’est toujours la première fois avec chacun d’entre vous. Même si vous vous agacez du chemin parcouru comme du chemin à venir. Agacez-vous. Empoignons-nous. Rions. Attendrissons-nous. Par delà l’unité retrouvée de votre moi – sans la rigidité d’une telle unité jusque là, par trop défensive, pas assez en lien -, c’est cette expérience de la relation qui nuancera les expériences passées.

La légende raconte que face au trauma et son évidence lors d’une séance, Lacan posa une caresse sur la joue de sa patiente : cela ne lui ôta pas le mal mais cela ajouta de la douceur là où il n’y pouvait avoir jusque là que la peur, la tristesse, la colère. La honte. Peut-être aussi la honte. Et peut-être qu’elle eut honte de cette caresse. C’est une répétition. Une avant-première j’aime à penser plutôt. Une reprise sur la béance secrète. Le reste de la vie peut se jouer avec, en plus, cette caresse. Et c’est une nouvelle pièce.

 

illustration de couverture Kate Parker Photography

Eva Matesanz
A propos

Eva Matesanz est Psychanalyste et Coach professionnel. Chargée d'enseignement universitaire, et auteure, elle remet la clinique psychanalytique au coeur de la relation d'accompagnement y compris en milieu business comme cela est naturel dans les pays anglo-saxons et d'influence hispanique, milieux de diaspora et de fertilisation des penseurs de l'inconscient. Eva Matesanz co-anime avec André de Chateauvieux des espaces de réflexion et d'action collectives inédites : Mars et Venus sur le divan, au sujet du masculin-féminin, L'accompagnement collaboratif, car comment accompagner les collectif sans s'y astreindre soi-même en équipe de consultants, de managers ou de coachs. Et Érotiser l'entreprise, à l'adresse des RH des entreprises collectives. Diplômée d’études supérieures en management à Madrid, en partenariat Erasmus avec l’ESC Bordeaux, et titulaire d’un Master 2 Affaires Internationales à l’Université de Paris Dauphine, elle effectue un parcours de management dans des grands groupes multinationaux de l’industrie et des services IT. Elle s'y forme aux pratiques systémiques et à la communication et en fait son premier métier. La psychanalyse à titre personnel lui permet de faire de l'accompagnement individuel et d'organisation , son métier de maturité, et de se faire une place de référence en quelques années. Coach accrédité Senior de la fédération CNC. Chargée d'enseignement universitaire et auteure d'ouvrages de management. E V E R M I N D est son blog collectif de diffusion d'idées mais surtout d'infusion sensible des rapports humains. Bienvenue à vous.

Tagués avec : , ,
Publié dans Slide Home, Whatever Works

Laisser un commentaire

Se former

Pour ne rien rater de nos publications et apporter vos commentaires.

Suivez-vous!