La vie vivante

image

 

Je dormais nue sous le soleil et dans l’intimité de mon jardin, et il a su capter cet instant avec la délicatesse de l’enfant. J’ai aimé alors publier sa photo comme je publie les œuvres de mon collectif d’artistes-en-blog : auteurs d’esprit, créateurs plastiques aussi.

Douceur de l’aquarelle posée par Éric Migom sur nus anonymes, macro photo de Hugh Louwerse, révélant l’indécence d’une fleur en clairobscur, instantanée de Lionel Ancelet sur la montée des marchés froides de l’Arche de la Défense, comme une descente aux enfers, panoramique croquée de moi et d’un paysage offert comme une origine du monde à ciel ouvert. C’était juste avant. La Borde était la légende du dit lieu.

Sauf que là, cette fois, c’est moi qui suis l’œuvre, et que le grain de peau est sans filtres, autant que le message que cela peut paraître.

Je reçois alors, depuis quelques jours, des messages de choc et de charme ; de parenté offusquée et d’amitié admirative et amusée. Et je fais le buzz comme jamais.

Je réalise très vite que j’ai entamé en même temps la lecture d’un ouvrage d’actualité mais que j’ai laissé dormir, soigneusement mis de côté, et que j’ai à cet instant précis, en marge de tout ceci, plaisir à savourer. Comme j’ai plaisir, c’est vrai, à partager une extimite charnelle aux côtés de mes textes les plus confidentiels : ceux de mes séances d’accompagnante et ceux de mes découvertes intimes d’accompagnée. Comme ceux de mes lectures dont celle-ci est.

La vie vivante
Contre les nouveaux pudibonds
Aux éditions les arènes
Par Jean-Claude Guillebaud.
Numérique, nanotechnologies, intelligence artificielle, post humanisme, gender studies… Les nouveaux pudibonds veulent nous  » libérer  » de la chair et du réel.

Jean-Claude Guillebaud, écrivain et journaliste, lauréat du prix Albert-Londres, est éditorialiste au Nouvel Observateur. Son cycle d’essais  » Enquête sur le désarroi contemporain « , qui a connu un grand succès public, en France et à l’étranger, à été couronné par de nombreux prix. Il entame avec ce livre une  » Enquête sur les nouvelles dominations  » et nous invite à la résistance.

À suivre…

Eva Matesanz
A propos

Eva Matesanz est Psychanalyste et Coach professionnel. Chargée d'enseignement universitaire, et auteure, elle remet la clinique psychanalytique au coeur de la relation d'accompagnement y compris en milieu business comme cela est naturel dans les pays anglo-saxons et d'influence hispanique, milieux de diaspora et de fertilisation des penseurs de l'inconscient. Eva Matesanz co-anime avec André de Chateauvieux des espaces de réflexion et d'action collectives inédites : Mars et Venus sur le divan, au sujet du masculin-féminin, L'accompagnement collaboratif, car comment accompagner les collectif sans s'y astreindre soi-même en équipe de consultants, de managers ou de coachs. Et Érotiser l'entreprise, à l'adresse des RH des entreprises collectives. Diplômée d’études supérieures en management à Madrid, en partenariat Erasmus avec l’ESC Bordeaux, et titulaire d’un Master 2 Affaires Internationales à l’Université de Paris Dauphine, elle effectue un parcours de management dans des grands groupes multinationaux de l’industrie et des services IT. Elle s'y forme aux pratiques systémiques et à la communication et en fait son premier métier. La psychanalyse à titre personnel lui permet de faire de l'accompagnement individuel et d'organisation , son métier de maturité, et de se faire une place de référence en quelques années. Coach accrédité Senior de la fédération CNC. Chargée d'enseignement universitaire et auteure d'ouvrages de management. E V E R M I N D est son blog collectif de diffusion d'idées mais surtout d'infusion sensible des rapports humains. Bienvenue à vous.

Tagués avec :
Publié dans Ever Whatever, Slide Home

Laisser un commentaire

Se former

Pour ne rien rater de nos publications et apporter vos commentaires.

Suivez-vous!