Ma petite fille

imageLes couettes, les queues de cheval, les chignons, les crayons dans les cheveux, et ce putain de tas de poupée, comment tu fais Laurene. Tu ranges ta chambre quand mon bureau s’appelle Tchernobyl, et je ne peux rien te dire.

Tu rentres, tu n’es pas une femme, mais elle est dans ton ombre sur le mur.

Les petites filles vous nous donnez des songes, des fugues, des échappées belles, on ne croit pas en vous, on vous sait garce. Et tout à coup le r se déplace et vous voilà grace. C’est probablement cet Y que vous avez dans le ventre, sous ce satin qu’on ose plus toucher quand vous avez deux chiffres. Laurène c’est ainsi que je t’aurais appelé si je t’avais eu, gamine piaillant dans la maison, délivrant des chagrins d’amour avant que cela ne soit l’heure. Pleurant d’improbables garçons, vides de sens, privés de raison, mais si craquants. Fille sautant la corde, funambules de marelles, terre et ciel, pour qui pleureras-tu des larmes de craie?

Denis Parent
A propos

Denis Parent est un journaliste, réalisateur et écrivain français né à Cambrai le 28 novembre 1954. D'abord journaliste spécialisé dans le cinéma (Première, Studio Magazine, Ciné Cinéma), c'est en tant que réalisateur que Denis Parent se fait connaître. Il est l'auteur de plusieurs courts métrages dont "Va au diable", et d'un long, "Rien que du bonheur", une comédie avec Bruno Solo. Ancien étudiant en lettres, c'est aussi dans ce domaine qu'il exerce ses talents : scénariste de bande dessinée, auteur de nouvelles et de pièces de théâtre, depuis son île, en toute clandestinité. Il a publié ainsi "Perdu avenue Montaigne vierge Marie" (2008), "Un chien qui hurle" (2011), "Grand chasseur blanc" (2014), et aujourd'hui "Sanguinaires" (janvier 2016), le second tome d'une trilogie dite "nomade". Le troisième "Une fleur de frangipanier, un verre de Saint Julien et un baiser" devrait paraitre dans les deux ans. Le point commun de ces livres, comme leur titre générique l'indique: des histoires de gens qui fuient, bougent, voyagent, cherchent. Bref refusent la sédentarité, l'immobilisme. En partage sur E V E R M I N D les coups de cœur, et au coeur, d'Eva.

Publié dans Ever Whatever, Slide Home

Laisser un commentaire

Pour ne rien rater de nos publications et apporter vos commentaires.

Suivez-vous!