Ne sous-estimez pas la puissance d’un petit groupe, l’unité de base du changement

L’originalité de l’animation d’un groupe, d’une simple petite collection d’individus, selon Balint dans la continuité du fondateur de la pratique de l’analyse en groupe, Wilfred Bion, (tous les deux référents dans l’accompagnement du médico-social et par-delà, du management complexe) est d’inviter les professionnels à lâcher la matérialité des faits, pour privilégier ce qu’ils savent ou croient savoir des situations dont ils parlent : qu’il s’agisse de situations en commun ou de situations que chacun peut aisément se représenter, des situations humaines en premier lieu. Ceci permet de restaurer la subjectivité de leur approche, la justesse et la sensibilité réunies d’un seul trait.


L’objectif est de mettre au travail une groupalité, travailler ensemble, penser ensemble, en acceptant les différences de point de vue qui ne remettent pas en cause les capacités professionnelles de chacun. Bien au contraire, qui redonnent le sens aux compétences développées. Elles ne s’imposent plus d’elles-mêmes mais pour ce pour quoi elles se sont forgées. Et elles se complètent les unes les autres autour de ce même intérêt, l’intérêt général évidencié.

De quel dispositif s’agit-il parmi les multiples modes d’animation avertie ? Ce dispositif ne tient qu’au cadre qui pose des rencontres régulières sur le temps long plutôt qu’à brève échéance, faussement résolutoire. Les résolutions émergent au naturel.

À l’intérieur de ce cadre de liberté et de respect des rencontres, il est le cadre interne de l’animateur et de participants.


En effet, pour ne pas rester dans les modes opératoires et amener les professionnels à penser, il est nécessaire de rentrer dans le partage d’affects. Ce sont les émotions qui mobilisent la pensée et non le contraire.
Les métiers confrontés à la peur, la mort, la violence, sont concernés mais aussi les difficultés de tout professionnel dans la reconnaissance de son rôle, dans la prise en compte de la défaillance inévitable, dans le respect de sa place au sein d’une organisation continuellement en changement, aux prises avec des contraintes réelles et des contraintes de pouvoir.

Tout ce contexte, écosystęmique, amène à penser que l’engagement, par un travail de groupe, avec des professionnels , sera comme le souligne un des acteurs de la véritable analyse de pratiques, Vincent Di Rocco « un temps d’une clinique du « petit rien » et du pas « grand-chose », l’attention de chacun se porte sur un regard, un geste, auquel le commentaire collectif donne vie et sens.»


Ainsi, par une meilleure connaissance de mon cadre interne, de mes affects, ce que cela me renvoie, de ma propre capacité à les vivre et à les contenir à la fois, je développe un espace élargi, pour recevoir chaque vécu et ressenti des membres du groupe.

Comment entendre les mouvements de résistance, de simples transferts, les miens et les leurs, créer un espace transitionnel pour permettre une transformation qui comprend à la fois le fait que chacun puisse élaborer sa propre compréhension de ce qui est échangé et que chacun libère, de ce fait, sa créativité aussi bien dans ce groupe que dans celui où il exerce son métier, dans ceux au sein desquels il évolue y compris dans sa famille et sa vie sociale.

Capture personnelle dans ma campagne de Sens

En animant des Groupes d’Analyse de la Pratique, je pose un cadre formel, énoncé et entendu par tous, qui offre un premier élément de contenance : la présence de tous les participants et le pacte sur un processus en précisant le temps et l’espace d’une succession de rencontres. Mais un deuxième élément de contenance est celui du cadre interne de chacun.

« Il faudra déchanter, ou s’enchanter, c’est selon: le cadre interne n’est pas de ce bois-là. cette écoute est particulière. Nous disons volontiers que c’est une écoute en constante réactualisation, en constant réaménagement». Henri-Ménassé


CAR les questions de chacun, profondément, sont de l’ordre de l’indécidable et du décisif en même temps :
De quel groupe s’agit-il, qu’est-ce qui nous unit, nous unit ? Comment le sujet arrive à parler de lui, à s’éloigner et se rapprocher dans son adhésion au collectif ? Comment parler de soi sans se perdre dans ses affres et ses contradictions ou bien dans les contraintesdu groupe, intérioriser le fait que chacun a une place dans le groupe et que faire de cette place ? Comment ce groupe s’insère à son tour dans la réalité institutionnelle ou naturelle ? Sans se marginaliser ni se conformer. Sans se déresponsabiliser ni se nourrir d’agressivité. Comment accueillir la souffrance, la colère ou l’indifférence de l’autre dans le groupe et pouvoir en parler ? Comment accueillir sa propre fragilité et celle des autres et avoir une écoute de la différence, de la place de chacun ? Sans tomber dans la contagion émotionnelle, dans la confusion des esprits, des singularités. Qu’est-ce qu’une écoute, enfin, qui prend en compte l’espace inter, intra subjectifs et groupal où le groupe, l’institution et la société s’emboîtent ?
À partir de l’expérience et de ces questionnements suscités, la problématique dégagée se formaliserait en 2 questions , l’une qui a trait à la dynamique de groupe et l’autre au cadre interne de chacun :

Comment le sujet arrive à parler de lui ? Avec comme hypothèse que dans le groupe c’est le partage d’expériences vécues entre les personnes (l’intersubjectivité), qui crée du lien et permet à la personne de parler d’elle même, de se raconter.

Quelle place, je prends dans le groupe et dans l’institution ? Avec comme hypothèse que par la connaissance de mon cadre interne, je définis un espace, pour recevoir chaque vécu, chaque représentation et chaque ressenti des membres du groupe, ainsi que leurs interactions réciproques. Pour cela, il est nécessaire d’identifier mes propres mouvements internes dans l’objectif de mieux maîtriser leur portée, leur projection et en mesurer l’impact sur d’autres professionnels.

Enseignement et practicum du mercredi 1er juillet en présence à l’Université de Paris Cergy

Auteur : Eva Matesanz

Eva Matesanz est psychanalyste et socionalyste. Accréditée pour intervenir en entreprise en tant que coach professionnel. Chargée d'enseignement universitaire, et auteure, elle remet la clinique psychanalytique - la clinique c'est le cas par cas - au coeur de la relation d'accompagnement y compris en milieu business comme cela est naturel dans les pays anglo-saxons et d'influence hispanique, milieux de diaspora et de fertilisation croisée des penseurs de l'inconscient et de ceux de la volonté. Diplômée d’études supérieures en management à Madrid, en partenariat Erasmus avec l’ESC Bordeaux, et titulaire d’un Master 2 Affaires Internationales à l’Université de Paris Dauphine, elle effectue un parcours de management dans des grands groupes multinationaux de l’industrie et des services IT. Elle s'y forme aux pratiques systémiques et à la communication et en fait son premier métier. La psychanalyse à titre personnel lui permet de faire de l'accompagnement individuel et d'organisation , son métier de maturité, et de se faire une place de référence en quelques années. E V E R M I N D est son blog collectif de diffusion d'idées mais surtout d'infusion sensible des rapports humains. Bienvenue à vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 × trois =