Pour Noël vous offrir une rivière de diamants

Il y a deux chemins pour se développer. Celui de l’enfant avec ses compétences propres, qui se prend pour le sein puis se déprend, puis le convoite puis il s’en passe. Celui de l’enfant dépendant de la mère puis plus rien. Il n’en a plus besoin. Il n’a qu’à s’en prendre à lui s’il vit bien ou mal sa vie.

Le premier avale la mère, le deuxième désire et redoute de se faire avaler d’elle. Les deux sont enfants liquides. Et au milieu s’écoule une rivière.

Cet enfant qui n’a de sein ni de dessein. Auquel la mère n’a pas su apporter un sentiment de continuité d’existence de ses réponses désordonnées et inadaptées. Toujours trop tard. Toujours trop peu. Cet enfant qui n’a pas pu se départir de ce qu’elle ne savait pas donner, pour prendre ailleurs. Cet enfant vit dans l’angoisse de liquéfaction*, de l’écoulement de son existence, de la vidange de ce a quoi il est promis sans jamais l’atteindre. Cet enfant lorsqu’il trouve l’autre qu’il aime et l’aime. Cet enfant a peur de l’autre et peur de lui même. Cet enfant n’a pas de père.

Cet enfant devient en grandissant, en se solidifiant s’il l’ose, son père et sa mère. Cet enfant ne les cherche plus à l’extérieur. Cet enfant ne les accuse plus, n’accuse plus ceux qu’il aime. Cet enfant ne s’aime pas. Il s’aime peu à peu dans ce qu’il s’empêche et qu’il se déploie. Cet enfant devenu solide ne devient plus liquide mais gaz. Sublime de soi.

Ces enfants liquéfiés, que je recueille, comme ce fut mon cas, ces enfants que j’accompagne, ces enfants sont l’exutoire de ma vie arrachée aux ténèbres. Puissent leurs vies trouver le ciel. Mais cela n’est jamais en mon pouvoir. C’est leur liberté.
*L’angoisse de liquéfaction, moins connue que celles de morcellement, d’effondrement, d’anéantissement, est une angoisse de fuite et de réunion, et en cela une angoisse promise à du bel accompagnement. C’est l’angoisse de mes tripes, de par mon expérience acquise et en cela m’a spécialisation. C’est l’angoisse de notre monde qui se dérobe tout le temps. Connecté et en mouvement.

Auteur : Eva Matesanz

Eva Matesanz est psychanalyste et socionalyste. Accréditée pour intervenir en entreprise en tant que coach professionnel. Chargée d'enseignement universitaire, et auteure, elle remet la clinique psychanalytique - la clinique c'est le cas par cas - au coeur de la relation d'accompagnement y compris en milieu business comme cela est naturel dans les pays anglo-saxons et d'influence hispanique, milieux de diaspora et de fertilisation croisée des penseurs de l'inconscient et de ceux de la volonté. Diplômée d’études supérieures en management à Madrid, en partenariat Erasmus avec l’ESC Bordeaux, et titulaire d’un Master 2 Affaires Internationales à l’Université de Paris Dauphine, elle effectue un parcours de management dans des grands groupes multinationaux de l’industrie et des services IT. Elle s'y forme aux pratiques systémiques et à la communication et en fait son premier métier. La psychanalyse à titre personnel lui permet de faire de l'accompagnement individuel et d'organisation , son métier de maturité, et de se faire une place de référence en quelques années. E V E R M I N D est son blog collectif de diffusion d'idées mais surtout d'infusion sensible des rapports humains. Bienvenue à vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 × un =