Parallèles à côté

Il a « perdu la garde » de ses deux grands garçons. Il a perdu son statut de gérant. Madame communiquait et vendait, et lui, il accueillait les demandes, les réalisait, formait et livrait chaque client. Il facturait et faisait reposer sur sa double tête d’empereur ancien, chef de famille et d’entreprise, les risques et les lauriers. Démiurge jusqu’à hier.

– Elle m’a trainé dans la boue. J’ai gagné, grâce à son ultime opération de com, le statut de « pervers narcissique » aux yeux de tous ceux qui entouraient le couple et le duo.

Et je ne sais pas pourquoi mais la peur que je pourrais ressentir, en sa présence physique forte et d’après ce qu’il me dit, cette peur je ne la vois pas venir.

Il a pris place dans un coin. Il redoute mon regard et probablement encore davantage mes mots à charge de femme aussi.

Quand je lui dis :

– Connaissez-vous les origines de la perversion ? C’est Ève qui a écouté le diable, le malin, la bête et la beauté noire, et qui a « su » que, peut être, dans la liberté de vivre il y aurait davantage d’angoisse mais aussi de satisfactions uniques. Et c’est Adam qui a pris le risque.

– Que voulez-vous dire ? Suis-je pervers ou c’est elle la mauvaise ?

– Vous êtes vivants tous deux et en lien vous étiez.
Désormais vous êtes séparé de cette femme et mère. Qu’en ferez vous de cette nouvelle liberté ?

– Je vis un amour réparateur avec ma vieille amie d’enfance. À s’aimer la vie durant peut être pourrions-nous en faire état, nous sommes nous dits finalement.

Elle a un emploi et elle aime mon art. Elle a de l’argent pour deux et moi de quoi la combler. Est-ce dépendance affective ou manipulation de la part de l’un, de l’autre, des deux ?

– Les étiquettes sur tout permettent de laisser les objets et les habits avec leur prix d’exposition, et de courir nus et hors murs plus souvent.

Il sourit. Je les vois souvent sur FB depuis, tracer la route à moto, faire le couple « selfie ». Et je me dis : Pourvu que la maltraitance continue…

**

Les relations toxiques auront leur place en l’ouvrage que je prépare pour le printemps et les Kawa éditions.

Comment développer son intelligence relationnelle ?

Retenez pour l’instant que les raccourcis actuels – qui classent en personnalités difficiles, pervers narcissiques et victimes abattues et enragées tous ceux que la vie nous amène à côtoyer-, ces raccourcis qui se veulent des alertes, des aides, de la prévention et du résolutoire, largement répandues, ne changent rien à rien. Ils nous épargnent de sortir, de la maison de jadis : celle d’enfance, et aux dangers les plus subtils.

Comme le chante Delerm les amours sont « parallèles à côté » et chacun face à soi-même en premier.

Fugit Amor (1892)
Fugit Amor (1892)

Auteur : Eva Matesanz

Eva Matesanz est psychanalyste et socionalyste. Accréditée pour intervenir en entreprise en tant que coach professionnel. Chargée d'enseignement universitaire, et auteure, elle remet la clinique psychanalytique - la clinique c'est le cas par cas - au coeur de la relation d'accompagnement y compris en milieu business comme cela est naturel dans les pays anglo-saxons et d'influence hispanique, milieux de diaspora et de fertilisation croisée des penseurs de l'inconscient et de ceux de la volonté. Diplômée d’études supérieures en management à Madrid, en partenariat Erasmus avec l’ESC Bordeaux, et titulaire d’un Master 2 Affaires Internationales à l’Université de Paris Dauphine, elle effectue un parcours de management dans des grands groupes multinationaux de l’industrie et des services IT. Elle s'y forme aux pratiques systémiques et à la communication et en fait son premier métier. La psychanalyse à titre personnel lui permet de faire de l'accompagnement individuel et d'organisation , son métier de maturité, et de se faire une place de référence en quelques années. E V E R M I N D est son blog collectif de diffusion d'idées mais surtout d'infusion sensible des rapports humains. Bienvenue à vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *