Égrener les raisins de son enfance, est-ce pour femme dirigeant ? Inconscient.

 
Du temps s’est écoulé depuis la séance précédente. – Exceptionnellement je sauterai un rendez-vous pour convenance personnelle ! – Puis – Le temps m’a paru long… – dit-elle.

Elle a perdu le fil de la libre association. Elle essaye de me convaincre de ses réussites et de ses efforts, et elle conclue ce manège, duquel je descends, par : – Tout cela m’apprend à quel point cela est lourd, pour moi, le changement !

Elle me regarde enfin. Elle vacille comme elle croit que je vacille de son sort. Mais non, pas du tout, « sabre laser » dirait celui avec qui j’anime en duo, mais là je suis seule :

Quel changement ? – Mépris absolu de son raisonnement.

Elle rit. De bon cœur elle rit. – Comment vous êtes ! Quel changement ?!

S’ensuit un bredouillis. Ses yeux qui rient. Ses yeux qui pleurent. – Bon ! Ce que cela m’évoque est que j’ai tendance à jeter le bébé avec l’eau du bain…

Et elle se lance à nouveau en moult épisodes de sa vie professionnelle. – Cela est plus clair pour vous ? – Aurait-elle aimé oser à mon égard. Mais ce qui lui vient est – Cela est flou pour moi… Mais peut être que pour vous… ? « Amour d’un savoir est le transfert » dixit Lacan.

Et moi je ne sais rien. Analyste malgré moi. Coach du hasard.

Je ris. De bon cœur je ris. Et je lui dis merci : – J’allais justement vous dire que je ne vous vois plus !

?!

A aucun moment, en vos savantes analyses je n’ai vu paraître la toute petite fille…

– Ah! Papamamantoutça ?!

Elle a l’air excédée aujourd’hui de ces liens là.

– …

Mais si. Le businessman, le commercial, l’enjôleur, l’abyssal c’est papa. Puis, RAS… c’est maman. Et moi avec tout ça… Comment joindre les deux bouts, aussi éloignés qu’ils soient ? Tiens ! Vous ai-je déjà raconté la petite histoire de la bassine et le raisin ?! J’ai du vous la raconter celle-là ! C’est tout moi !

Et elle rit le cœur sur la main, et sa main tendue vers moi.

Je ne la connais pas je crois. Celle-là.

– Pas possible ! J’ai du vous la raconter ! Remarque, c’est ma petite sœur qui la raconte si bien. Moi, je m’en rappelle à peine. Mais j’aime tant l’entendre dire !

Je fais silence, et laisse toute sa place à cette petite Victoire qui s’avance. Par la bouche d’elle, elle chante :

Il est dimanche et nous déjeunons en famille. Rien n’est laissé au hasard, vous imaginez ! La place de chacun. Le décorum. Les manières. L’agape. Puis, soudain, ma maman me confie la responsabilité d’aller en cuisine chercher « le raisin ». Et j’y vais, et j’y viens. Je n’oublierai ça jamais, la colère de mon père à la vue de mon forfait.

Je me dis en-dedans : – A nouveau balafrée ? – Et je me tais.

Le raisin était dans la bassine, par ma douce mère mis à tremper. Et moi, ni une ni deux, je place, sur la table familiale, et la bassine et le raisin. A la vue de la bassine, mon père… Comme égorgé !

– Et vous dites, quand vous changez, avoir tendance à jeter… le bébé ? – La grimace davantage, que sourire, elle fait – Et vous aviez quel âge ? – Je ne lâche rien…

Oh… ! Étions nous si enfants les filles d’antan à 12-13 ans… Rien à voir avec à présent.

Nous allons nous arrêter là – Car peut être bien que l’enfantin de sa soeur y paraît.

Mais pour elle qui s’oublie il ne peut pas être anodin qu’à l’âge du premier sang papa jette l’eau…

Et le bébé !

Œdipe sous nos yeux en processus inconscient se parfait. L’entre-séance est temps psychique nécessaire, fil de l’eau qui s’écoule en douceur. Puis, de séance en séance, de parole en parole, pas tant « changer » qu’exister.

Tout simplement, à cinq-uante ans, être enfin.

Martine Haew Photographie

Martine Haew Photographie

 

Eva Matesanz
A propos

Eva Matesanz est Psychanalyste et Coach professionnel. Chargée d'enseignement universitaire, et auteure, elle remet la clinique psychanalytique au coeur de la relation d'accompagnement y compris en milieu business comme cela est naturel dans les pays anglo-saxons et d'influence hispanique, milieux de diaspora et de fertilisation des penseurs de l'inconscient. Eva Matesanz co-anime avec André de Chateauvieux des espaces de réflexion et d'action collectives inédites : Mars et Venus sur le divan, au sujet du masculin-féminin, L'accompagnement collaboratif, car comment accompagner les collectif sans s'y astreindre soi-même en équipe de consultants, de managers ou de coachs. Et Érotiser l'entreprise, à l'adresse des RH des entreprises collectives. Diplômée d’études supérieures en management à Madrid, en partenariat Erasmus avec l’ESC Bordeaux, et titulaire d’un Master 2 Affaires Internationales à l’Université de Paris Dauphine, elle effectue un parcours de management dans des grands groupes multinationaux de l’industrie et des services IT. Elle s'y forme aux pratiques systémiques et à la communication et en fait son premier métier. La psychanalyse à titre personnel lui permet de faire de l'accompagnement individuel et d'organisation , son métier de maturité, et de se faire une place de référence en quelques années. Coach accrédité Senior de la fédération CNC. Chargée d'enseignement universitaire et auteure d'ouvrages de management. E V E R M I N D est son blog collectif de diffusion d'idées mais surtout d'infusion sensible des rapports humains. Bienvenue à vous.

Tagués avec : , , , , , , , ,
Publié dans Slide Home, Whatever Works

Laisser un commentaire

Se former

Pour ne rien rater de nos publications et apporter vos commentaires.

Suivez-vous!