Précis d’analyse contemporaine

 image

[La peur du noir]

Le scandale freudien a été de mettre à jour une sexualité enfantine ; d’en finir avec l’innocence originelle. Il était nécessaire, d’accuser le petit d’homme, pour expliquer l’amnésie de sa période nubile.

– L’enfant l’oublie : qu’il a voulu maman, et papa mort ; qu’elle en a voulu à maman, et papa criminel.

– Cet oubli particulier constitue le refoulé. Ĺenfant peut ainsi se désengager, de cette première tentative de groupe sectaire. Puis, se réengager et se désengager en bien d’autres relations et projets. Vivants. Créateurs.

 

Œdipe fait roi éclairé celui qui le traverse.

 

[Amnésie générale et analyse singulière]

Il n’y a pas que l’épisode d’amour et de mort impossible qui se dérobe. L’amnésie est générale. Et ce tissage d’oublis constitue la névrose : des poussées d’hier viennent ainsi se défouler sur la plage du présent. Ce sont les répétitions. En fonction de l’environnement, « suffisamment bon » ou mal adapté à l’être singulier pluriel : symptômes, angoisse, inhibitions.

L’analyse permet la décomposition non violente de ce tissage de conflits périmés, devenu avec le temps davantage remuant que ce de quoi il protège : des vicissitudes bien lointaines. 

 

[Variations]

Pour ceux, de nos jours de plus en plus nombreux, qui sommes restés à la limite de la névrose et donc a la limite de l’analysable – le refoulé-défoulé est défaillant, la secte a trois reste présente, et en lieu et place, pour seule défense, le clivage en soi et la projection – l’analyse est variation.

Rentrer dans la névrose. Quitter la secte a trois. Boucler ces relations du passé, inévitablement fantasmees sur les relations actuelles.

 

Dont celle de l’accompagnement. 

–  L’accompagnateur se prête à être surface de projection : il permet la mise en acte, et l’analyse de ce qui se vit,  s’en suit seulement ;

–  Analyste, il est chambre d’echo et interprète. Et c’est en ce point surtout, qu’il est aidant, puisque la parole fait office de tiers autre, détache les deux. Tiers séparateur enfin.

 

***

[Tous névrosés et alors]

Et c’est dans la danse des âmes, dans le dialogue de fous, que jaillissent tour a tour le renoncement et la liberté. L’individu sujet. En société.

La seule issue pour vivre et ensemble : tous névrosés et alors.

Auteur : Eva Matesanz

Eva Matesanz est psychanalyste et socionalyste. Accréditée pour intervenir en entreprise en tant que coach professionnel. Chargée d'enseignement universitaire, et auteure, elle remet la clinique psychanalytique - la clinique c'est le cas par cas - au coeur de la relation d'accompagnement y compris en milieu business comme cela est naturel dans les pays anglo-saxons et d'influence hispanique, milieux de diaspora et de fertilisation croisée des penseurs de l'inconscient et de ceux de la volonté. Diplômée d’études supérieures en management à Madrid, en partenariat Erasmus avec l’ESC Bordeaux, et titulaire d’un Master 2 Affaires Internationales à l’Université de Paris Dauphine, elle effectue un parcours de management dans des grands groupes multinationaux de l’industrie et des services IT. Elle s'y forme aux pratiques systémiques et à la communication et en fait son premier métier. La psychanalyse à titre personnel lui permet de faire de l'accompagnement individuel et d'organisation , son métier de maturité, et de se faire une place de référence en quelques années. E V E R M I N D est son blog collectif de diffusion d'idées mais surtout d'infusion sensible des rapports humains. Bienvenue à vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-sept − quinze =