Happy Days Happy APP : la formation 100 % expérientielle à l’analyse de pratiques professionnelles

L’analyse de pratiques réunit des professionnels qui font un métier avec une forte composante relationnelle (manager, coach, consultant…) et qui détiennent un savoir-faire issu de l’expérience, en construction permanente.

Happy Days ! C’est un cycle d’Analyse de Pratiques professionnelles animées en duo et à la campagne. Trois journées en groupe apprenant, pour animer vos groupes plus au naturel.
L’analyse de pratiques réunit des professionnels qui font un métier avec une forte composante relationnelle (manager, coach, consultant…) et qui détiennent alors un savoir-faire issu de l’expérience : singulier, subjectif et toujours prêt à se déconstruire et se reconstruire au fil du temps et dans les situations critiques.
Aussi chaque praticien est-il invité à décrypter en petit groupe ses modes d’action et de décision pour les comprendre et les réintégrer, plus libre alors des doutes et des affects qui imprègnent sa pratique. Et il en résulte une réflexion toujours plus nuancée en situation et des ressentis plus justes qui participent aux accordages humains.

  • Le calendrier : 27 mai, 17 juin et 1er juillet 2019, de 10h00 à 17h00
  • Le lieu : l’Atelier des Jardiniers, près de Sens (à 1 heure de Paris-Bercy par le train)
  • Le tarif : 600 € HT. Règlement à l’inscription : Eva Matesanz & André de Chateauvieux

***

Eva Matesanz et André de Chateauvieux, après des parcours de management d’équipes et de direction de projets en entreprise, accompagnent les groupes dans leurs démarches d’innovation, supervisent les coachs dans leurs pratiques professionnelles et enseignent à l’université pour des cursus de formation au coaching (Cergy-Paris et Paris 2 Assas). Ils animent des cursus singuliers (La Compagnie des superviseurs, Les groupes de pratiques collaboratives…), ils créent des ateliers pour les fédérations de coachs (EMCC International, SFCoach, ICF Nord) et ils publient en continu sur leurs travaux et leurs pratiques.

La psychanalyse en groupe, une analyse résolument contemporaine bénéfique à chacun de nous

Une société qui est fondée sur le lien et la collaboration pour dépasser des réalités complexes (le progres destructeur, la mondialisation et ses interdépendances, la guerre continue et les migrations) suscite des phenomenes de groupe très profonds qu’il est possible d’analyser autrement que jusqu’ici cela a ete fait, par des constat constats et des modèles scientistes, passifs. La psychanalyse de groupe nous concerne tous.

DG de l’association ASM13, Françoise Moggio ouvre le 1er colloque sur le thème de l’analyse ultime du groupe, de ses soubassements psychiques et affectifs, à niveau international, avec la participation de praticiens éminents de la Tavistok Clinic de Londres et du Centre homologue d’Athènes dont l’intervenant auteur de l’introduction qui va suivre est issu.Le partage est mené sous la forme de la Confrontation clinique, de l’analyse de cas et de la controverse professionnelle qu’ils suscitent. En psychanalyse, la clinique, la pratique, produit le matériau à partir duquel se construit la théorie.

L’Essor de la psychanalyse en groupe répond au besoin de représentations de l’organisation personnelle et collective.

Une société où dominent les projections et la mise en acte rend de plus en plus difficile l’analyse du transfert, de l’affect et des fantasmes, en rencontre interpersonnelle, en psychanalyse intime. L’expérience multi-personnelle sert à la compréhension de chacun.

Une société qui est fondée sur le lien et la collaboration pour dépasser des réalités complexes (le progres destructeur, la mondialisation et ses interdépendances, la guerre continue et les migrations) suscite des phenomenes de groupe très profonds qu’il est possible d’analyser autrement que jusqu’ici cela a ete fait, par des constat constats et des modèles scientistes, passifs.

La psychanalyse de groupe nous concerne tous.

Table ronde Intérêt et limites de la psychanalyse de groupe un siècle après sa création

Klimis Navridis aborde le cadre historique et le retour d’expérience.

Intérêt et limites pratiques groupales en milieu institutionnel

Grandes réformes psychiatriques du XX éme siècle – fondateurs

Le Petit groupe apparaît dès les fondations de la psychanalyse.
Initialement dans le Cadre psychiatrique hospitalier.
Bion et Foulkes, Ezriel en Europe.
Pichon Rivière Buenos aires.
La théorie psychanalytique se met à l épreuve du social et du préœdipien.

Bion et Foulkes, les pionniers :

Stupéfaits par leurs découvertes lors de l’expérience de Northfield pour la rééducation et la réinsertion des trans traumatisés de la Grande guerre.
La Composition multipersonnelle :

– Fait apparaître toute la complexité et la conflictualité de la réalité intrapsychique
– Genère des Phénomènes et dynamiques complexes

Il fallait une « extension », selon le terme finalement adopté par Käes, de l’ecole française, avec la révision de certaines notions et la création de nouvelles notions.
Les notions revisitées ont été celles de Transfert, objet, lien. Le transfert s’adressait à une figure de référence, prise pour les figures d’originé maternelle et paternelle. Ces figures sont des « objets psychiques » pour le sujet. Le lien est un lien affectif et cognitif, une demande d’amour et de savoir essentiellement « qui je suis ».

Le changement de cadre obligé à revoir des notions émergées dans un cadre différent.

Le dispositif groupal peut permettre de revivre des expériences refoulées et des émotions intenses. Il convoque un Affectif immédiat et pas uniquement un narratif qui ouvre sur cet affectif.

Dans la cure-type, unipersonnelle, l’Analyste reçoit des parties clivées du monde interne. Niées et pourtant agissantes au quotidien. L’interprétation permet à l’analysant de se les reapproprier.

Dans le groupe d’autres expriment verbalement ou dans l’acte des parties de l’émotion refoulée de chacun.

L’Objet interne est présent en tant qu’objet externe. Ceci met en difficulté certains participants qui seulement par la persévérance dans le lien pourront se reapproprier leurs pensées et leurs émois enfin réorganisés. Les nouveaux concepts sont ceux des enveloppes psychiques successives, du moi, de nous, du meta-cadre qu’est l’institution ou l’entreprise, et ceux des organisateurs que sont essentiellement les fantasmes qui agissent le groupe et qu’il va être possible de déplier dans le temps pourvu que le lien tienne. Le rôle de l’analyste, des co-analystes souvent, et d’encadrer le processus qui permet un tel dépliage plutôt que de laisser le fantasme envahir et détruire aussitôt.

 

Points clés de la spécificité de cette offre

1 Un cadre fiable et solide de réunions régulières permettant effectivement une sécurité et une liberté de parole avec l’accueil inopiné de transferts dissociés, agressifs et symbiotiques.
2 La possibilité de diffraction de ces affects sur les différents protagonistes y compris le groupe entier sans que personne s’en défende durablement.
Les mouvements transférentiels, les déplacements d’affects permettent la co thérapie, provoquent un travail de liaison intrapsychique progressive entre parties qui jusque là s’ignoraient.
3 ) Un lieu de reconstruction ou construction subjective par le dépassement des menaces et des angoisses surgissant des incorporats archaïques d’intrusion et d’effraction (vécu lors des premiers soins). Un lieu de dépôt en somme des parties non symbolisées de la psyché.

Des difficultés surgissent aussi. Le groupe n’est pas seulement matriciel, réceptacle, comme le voyaient Foulkes et Anzieu au prolongent du moi peau théorisé par ce dernier. Il est stimulateur comme l’ont su Kaes et Bion. Il est excitant. La présence réelle des menaces imaginées réveille de l’excitation ou bien paralyse, fige et retranche derrière des résistances.

Crainte de dépossession de la conduite
Crainte de la déstabilisation de la déstructuration psychique
Résistance à entrer dans un travail transférentiel dans lequel chacun est concerné, sans dérogation

De plus le groupe est lui même un incorporat au sein du cadre plus large économique et sociétal. Il est une crainte de devenir et demeurer un objet étranger non intégrable.

Comment concilier liberté expression et confidentialité sécurité

L’Animateur a aussi ce rôle d’interface, un rôle pas tant secret que discret, partageable. Nul besoin de leaders, besoin de médiateurs. Il s’agit de permettre tout un travail de pensée entre enveloppes emboîtées, entre parties clivées, dans un climat affectif primaire de persécution, de dépendance, plus que jamais. Sans une guidante, une prescience.

Learning from experience, apprendre par l »expérience selon Wilfred Bion.
Apprendre la psychologie. Développer nos capacités psychiques ainsi.
Ne pas développer en toute inconscience une Psychopathologie partagée, un lien par l’adversité comme celui des Gilets Jaunes, des femmes réunies en Metoo réducteur.

Reconnaitre individuellement la difficulté d’être humain auprès d’autres humains auxquels reconnaître l’humanité imparfaite.

Les animateurs, médiateurs, fournissent un travail inter-séances de groupe effectivement réuni, de corps et d’esprit, un travail d’analyse sincère de leurs propres affects croisés. Les vrais leaders d’une société contemporaine sont ceux capables de se livrer entre eux sur leurs responsabilités considérables et si réduites a la fois a l’échelle d’un seul.

Travailler en groupe d’analyse de pratiques d’accompagnement de pratiques de transformation

Appréhender la transformation c’est d’abord appréhender sa propre transformation en lien avec les autres. Le groupe de pratiques de transformation d’entreprise s’adresse à tout professionnel, interne à l’entreprise ou en tant que consultant externe, souhaitant prendre l’envergure que l’entreprise et plus largement aujourd’hui l’éco-système requiert.

Il y a peu de formations pratiques pour le coaching d’organisation, les projets de transformation ou la conduite de démarches d’innovation. Mais il y a un groupe de développement et d’analyse de pratiques animé par deux analystes et dédié aux professionnels de différents métiers : directeurs de la transformation, de l’innovation, consultants, coaches, responsables RH. Si vous en êtes c’est le moment du renouveau.

André de Châteauvieux et moi aimons à la fois intervenir en duo au cœur du changement institutionnel et former tous les acteurs, les initier à la complexité de la nature humaine et à ses ressources naturelles. Nous sommes chargés d’enseignement à l’université dans ces domaines : D.U. Executive Coaching à Cergy, Master Coaching à Paris 2, HEC Executive Education Coaching d’organisation.

Cela fait une année que nous formons des coaches et des consultants à constituer et animer des équipes intervenantes plus à propos pour ces interventions d’essence collective, et nous supervisons aujourd’hui les équipes qu’ils ont su constituer.

Nous sommes ainsi heureux d’ouvrir un groupe dédié au développement et à la supervision de tout professionnel, interne à l’entreprise ou en tant que consultant externe, souhaitant prendre l’envergure que l’entreprise et plus largement aujourd’hui l’éco-système requiert de nous, les acteurs de l’humain à la fois singulier et socialement engagé.

 

« Quel est le meilleur gouvernement ? Celui qui nous enseigne à nous gouverner nous-mêmes. »

Goethe

 

GROUPE D’ANALYSE DE PRATIQUES DE TRANSFORMATION D’ENTREPRISE Eva Matesanz & André de Châteauvieux

 

Pourquoi rejoindre un groupe d’analyse des pratiques de la transformation en entreprise ?

Plusieurs métiers sont concernés par l’accompagnement du développement solide et durable des organisations :

– Ceux qui font partie de la structure comme la fonction ressources humaines en tant que partenaire stratégique, les responsables et les directeurs de l’organisation, de l’innovation, de la transformation et, plus récemment, du “change”.

– Ceux qui font partie d’un éco-système, qui assument les fonctions de soutien des fonctions clés de l’excellence opérationnelle, du recrutement et de développement des talents, des « relations publics », sur les réseaux et en plateformes d’usagers et clients, véritables accélérateurs d’une transformation plus vaste.

– Ceux missionnés pour une exploration de terrain, les sociologues, les coaches et conseils en organisation, formés aux modèles scientifiques ou libérés, dont les interventions peuvent s’étendre de l’accompagnement de direction, de la restructuration, du plan social strict aux démarches participatives ; de plus en plus souvent sollicités pour accompagner une transformation suivie, rayonnante, en lien avec les acteurs internes et les partenaires naturels.

Si vous faites partie de l’un ou l’autre de ces collectifs d’appartenance au premier degré et que vous avez saisi l’enjeu de la collaboration, vous conviendrez de l’opportunité de rejoindre un groupe de partage de pratiques de transformation comme référent naturel.

 

Qui sommes-nous et pourquoi sommes-nous à l’initiative de ce groupe ?

Eva Matesanz et André de Châteauvieux, nous sommes à la fois analystes institutionnels, analystes de groupe et coaches de dirigeants et de leurs équipes. Nous sommes enseignants à l’Université et à HEC, en formation continue d’accompagnateurs professionnels issus des différents niveaux d’intervention cités. Nous avons ainsi, aussi bien une pratique de terrain, en constante évolution, des références épistémologiques en activité également – celles de la socio-analyse et de la psychanalyse contemporaines – et une pédagogie éprouvée, une capacité de transmission mais surtout, d’animation du savoir contenu et échangé au sein d’un groupe de professionnels : un savoir-faire et un savoir être intimément reliés puisqu’amenés à être pensés et incarnés, ce qui est le propre de l’analyse.

Nous publions régulièrement sur les avancées constatées et les recherches qui suscitent des vocations partagées. La pensée managériale et celle de son accompagnement nous semblent être bien pauvres si nous la laissons aux gourous d’un autre temps, comme le soulignent bien de penseurs que nous suivons et qui se renouvellent actuellement dans la pensée du sujet intimément relié à la pensée du social : François Dupuy, Vincent de Gaulejac, Roland Gori, Serge Tisseron et Elsa Godart.

 

Pour quels objectifs ?

  • Appréhender dans vos élaborations et vos comportements actualisés, vos “réflexes”, – souvent défensifs -, face à un collectif dans des situations sensibles pour vous.
  • Mieux comprendre pourquoi et comment vos outils d’intervention répondent ou non aux besoins du groupe en présence et aux besoins de l’institution.
  • Travailler avec les scénarios de base à l’œuvre dans chaque groupe et avec les ressorts des institués et de l’instituant à l’échelle de l’organisation ou de l’éco-système.

 

Selon quelles modalités ?

  • Travail expérientiel à partir des situations apportées par chacun ou suscitées par la dynamique de groupe.
  • Eclairages et apports théoriques centrés sur ces situations et à partir du travail d’analyse du groupe (pour mettre en évidence la compétence du groupe, favoriser d’autres modalités plus créatives).
  • Un parcours dans la durée et des sessions courtes (10 * 2 heures annuelles) et pour accentuer la prise de recul et la réflexivité (poursuite du travail sur soi entre les séances).

Le calendrier

  • 10 séances de 2 heures, d’avril 2018 à avril 2019 : 27 avril, 25 mai, 6 juillet, 14 septembre, 19 octobre, 23 novembre, 11 janvier, 15 février, 15 mars et 12 avril.
  • Horaires : 10h30 à 12h30

L’investissement et les modalités de paiement

  • Forfait annuel: 2 000 € TTC
  • Inscription sur règlement effectif. Places limitées. Travail en groupe restreint.

Le lieu

  • L’Atelier de l’Art de Changer – 5 bis, rue Chaptal – 75009 Paris.

Les références détaillées des intervenants

Ce cursus est animé en duo par André de Châteauvieux et Eva Matesanz. Tous deux accompagnent ceux qui dirigent, qui forment et qui soignent, les « métiers impossibles » selon l’expression consacrée. Leurs sources sont l’analyse institutionnelle et la systémique originelle, familiale. Ils enseignent à l’université pour des formations clés auprès des accompagnateurs et prescripteurs de coaching : Master 2 coaching et développement personnel à Paris 2, DU Executive coaching, individuel et d’équipes, à Cergy et HEC Executive Education CESA coaching d’entreprise.

Ils créent et animent en duo des cursus singuliers pour accompagner plus « au naturel » : « érotiser votre entreprise » ou la place des pulsions, des fantasmes et des interdits dans l’accompagnement professionnel via une supervision au plus personnel, telle qu’elle a été présentée lors de l’interview paru dans Psychologies magazine, Dossier « Coaching et psy », février 2018. Ils partagent enfin sur leurs travaux et leurs pratiques par l’écriture en continu d’ouvrages didactiques et de contributions à des ouvrages collectifs :

  • Dans l’intimité du coaching(Démos 2008), Le grand livre de la supervision (Eyrolles 2010), Le livre d’or du coaching (Eyrolles, 2013) par André de Châteauvieux.
  • Cent secrets des managers qui réussissent(Kawa 2013), L’art du lien (Kawa 2014), La psychologie du collaboratif (L’Harmattan 2017) par Eva Matesanz.
  • Erotiser l’entreprise, pour des rapports professionnels sans complexes(L’Harmattan 2018) par Eva Matesanz et André de Châteauvieux.

ART DE CHANGER                                                 L’ESPRIT LIBRE

André de Châteauvieux                                                Eva Matesanz

5 bis, rue Chaptal                                                          21, bd Haussmann

75009 PARIS                                                                 75009 PARIS

www.art-de-changer.com                                           www.ever-mind.fr

adechateauvieux@art-de-changer.com                   evamatesanz@ever-mind.fr