De lien en lien, de temps en temps, de naturelle évolution

[Un peu de théorie de l’évolution en groupe de supervision des pratiques relationnelles des dirigeants]

– J’ai une question pour vous, qui êtes coachs psychanalystes et qui nous téléportez en séance aux toutes premières origines de nos travers d’aujourd’hui dans la relation à l’autre : au creux du refoulé des relations abîmées de notre enfance. Mais nous à notre tour, comment amener un manager à réaliser que ce qu’il joue aujourd’hui dans l’entre deux et à plusieurs n’est que répétition d’un hier inconscient, tout en préservant son intimité ?

Et à côté d’elle, c’est lui qui répond, lui qui se fait accompagner en groupe de dirigeants et en duo d’André & Eva depuis encore plus longtemps. Et il le fait sans détour et sans concession :

– Moi, c’est Eva qui m’a accompagné en individuel avant d’arriver dans ce groupe collaboratif et singulier de chacun de nous, et je peux témoigner qu’il n’est pas d’autre chemin que celui de la vie ; et d’accepter de braquer sur soi et sur l’autre le projecteur de nos films d’enfance. Je m’en suis moi même longtemps défendu, jusqu’au déclic d’un jour en sa présence. Il n’y a pas moyen plus sûr d’évolution naturelle…

– Il faut alors que je persévère…

– Persévérez, oui, sur le chemin de votre propre intimité. – ajoute André. – Car ce n’est qu’en laissant tomber progressivement nos propres défenses, que nous apprenons à reconnaître et respecter celles des autres, et les aider peu à peu, l’air de rien, de notre simple être et en lien, à rentrer en lien avec eux-mêmes.

Avec l’enfant qu’ils ont été et qui s’invite autrement sauvagement de toutes ses peurs vécues face à l’étranger familier. Prendre le temps aujourd’hui de le retrouver dans sa douceur et sa vaillance des temps premiers.

image

De l’attraction à l’amour peut-être, et de comment l’accompagner au plus sacré

(c)  Cok Friess
(c) Cok Friess

Elle est Docteur en Sciences. Brillante et avertie. Et elle me questionne sur une sorte de loi d’attraction universelle et de rejet inévitable tout autant.

– Pourquoi pensez-vous que jusque-là toutes mes relations amoureuses ont suivi le même cycle ? Cycle humain, trop humain.

Rencontre

Émerveillement mutuel

Fréquentation

Passion

Puis, avec les aspérités et les déceptions, très vite une seule décision :

Celle de la séparation.

Coach analyste que je suis, je garde le silence et lui laisse imaginer l’autre- ment. Celui de nos désirs enfouis que l’on contacte plus facilement par le détour de l’autre. En le prétendant conseil ami. Transfert de ses propres affects sur autrui.

Comme c’est un accompagnement au long cours – de longtemps et pour longtemps posé, afin de nous protéger des affres mêmes que nous cherchons ensemble à combattre -, et qu’elle est devenue familière du transfert, elle élabore aisément et se réapproprie aussitôt sa création.

Bien différente, en effet, des lois immuables de son enfance : celles d’un couple parental collé-brisé.

– Peu importe la compréhension intelligente de ces lois… Ce que j’entrevois, au plus sensible de moi, est que ce n’est qu’en affrontant chacun ce qui nous gênerait, sans le mettre entre nous deux, mais devant nous et le porter à deux, c’est le scarabée qui fait de la crotte le nid de demain.

Et comme le scarabée égyptien, le couple devient protecteur de chacun. Animal sacré.