Du frais

Le temps est le temps. L’argent est l’argent. Et vous qui êtes vous ? C’est au fil des séances, ces deux variables posées comme une constante, que nous vous verrons exister dans toutes les variations de l’humain.

Il est de ceux qui “passent” leurs dépenses en frais professionnels, et peut être qu’il a passé sa vie par pertes et profits, je me dis. Alors lorsqu’il me sollicite pour un accompagnement très personnel, différent de celui en groupe d’entrepreneurs qu’il a fréquenté jusqu’alors, je m’entends lui en poser les conditions, en temps et en argent : ce sera toutes les semaines, même jour même heure, et avec les billets qui s’échangent entre nos mains, autant que la parole entre nos réalités.

Il vient une, deux, trois fois, et puis un soir, il arrive en colère, lui qui se disait sans violence et sans jamais s’altérer.

– C’est ce foutu distributeur ! Je l’ai raté en sortant du rendez vous professionnel précédent, alors que je l’avais bien visualisé en y entrant, et j’ai pesté contre vous tout le long du trajet jusqu’ici, car j’ai déjà tourné dans votre quartier d’autres soirs pour ça et c’est galère !

– Vous étiez en colère contre moi.

Il a le sourire carnassier et son rire prend la forme d’un hoquet, d’un sanglot peut être pas.

– Je veux dire que cela ne vient plus à l’idée de personne à l’heure d’Internet et du temps réel de se faire payer en espèces encombrantes là où un bon virement rétablit les comptes !

– Et vous ? Pourquoi avez-vous accepté de payer en espèces vos séances ?

– …

– C’est cela la vraie question. Je suis ravie que vous y parveniez en si peu de temps.

– Vous allez être moins ravie lorsque je vais devoir vous quitter cette fois avec cette dette là. J’étais aussi en retard…

– De quelques minutes.

– Oui. Trop tard pour me mettre à chercher de l’argent et perdre mon temps en plus.

Il a bien compris aussi que la séance se termine à l’heure, même si elle s’est résumée à une vingtaine de minutes lors d’une absence avertie… Une absence dont il m’a avertie. Une absence aussi qui en connaît long sur lui.

– Le temps est le temps. L’argent est l’argent. Et vous qui êtes vous ? C’est au fil des séances, ces deux variables posées comme une constante, que nous vous verrons exister dans toutes les variations de l’humain.

Et comme si d’un bataillon il s’agissait je m’imagine lui intimer :

– Rompez.

Comme la glace aussi bien.

Illustration Kate Parker