Sur les rails ou en open vie ?

Sur les rails.
Trouver sa place, jouer sa place, défendre sa place, perdre sa place…
Il est dans ma langue natale une distinction nette entre être soi et être avec l’autre ou être à une prétendue place à soi : cela se repartit sans nul doute entre  » ser & estar « . Et la distance entre ces deux gouffres est sauve. C’est peut-être pourquoi, je garde en moi cette capacité à être aussi bien hors de moi, que sans l’autre et sans piédestal.

En quoi cela peut-il vous éclairer sur vous-même ? Je ne fais pas un métier du savoir mieux que l’autre ni même pas de lui faire savoir. Je fais un métier du tissage imparfait.

C’est le digital qui, pour moi, aujourd’hui nous fournit les liens. Exit les pouvoirs, les rôles et les cases, une soi-disant progression par diagramme de Gant. Exit le savoir, qui je suis, où aller et avec qui. Open vie.
Quelques mantras, ou sourates ou versets pour seul partage, et à vous de les tordre à l’envi ou pas.
* Au matin du monde tout simplement poser un acte fondateur plutôt que de se perdre en planifications et chaînage des « actions », voire de chemins alternatifs mais égarés tout autant : les plans B.

Le plan BE ne sera jamais planplan…
** S’avancer par tâtonnement essai erreur tâtonnement de nouvel essai. Aveugle de ce qui vient mais sensible à ce qui est.

Ne pas hésiter à faire et à défaire, à danser tout en pirouettes et en volte-face même, infléchir le cours de votre élan premier, au gré de vos propres inerties et des résistances amies.
*** Fuir l’approbation, s’entourer de sceptiques et de rêveurs, et décevoir les uns et les autres de vos réalisations au fil de l’eau, effectives mais jamais trop.

S’affranchir des contraintes en prenant appui sur « ailes ». Imposer vos contraintes aux autres et qu’ils s’envolent en deçà ou par delà vos propres rêves et vos doutes.
À suivre. En toute liberté.

Image ci-dessous : The Blue Ray (here), La Fabrique Sonore, Expérience Pommery #9, Reims, 2011
(vue en contreplongée dans une crayère de 30 m de Profondeur)

The Blue Ray par Cassieres aux caves Pommery
The Blue Ray par Cassieres aux caves Pommery

 

 

 

Précis d’analyse contemporaine

 image

[La peur du noir]

Le scandale freudien a été de mettre à jour une sexualité enfantine ; d’en finir avec l’innocence originelle. Il était nécessaire, d’accuser le petit d’homme, pour expliquer l’amnésie de sa période nubile.

– L’enfant l’oublie : qu’il a voulu maman, et papa mort ; qu’elle en a voulu à maman, et papa criminel.

– Cet oubli particulier constitue le refoulé. Ĺenfant peut ainsi se désengager, de cette première tentative de groupe sectaire. Puis, se réengager et se désengager en bien d’autres relations et projets. Vivants. Créateurs.

 

Œdipe fait roi éclairé celui qui le traverse.

 

[Amnésie générale et analyse singulière]

Il n’y a pas que l’épisode d’amour et de mort impossible qui se dérobe. L’amnésie est générale. Et ce tissage d’oublis constitue la névrose : des poussées d’hier viennent ainsi se défouler sur la plage du présent. Ce sont les répétitions. En fonction de l’environnement, « suffisamment bon » ou mal adapté à l’être singulier pluriel : symptômes, angoisse, inhibitions.

L’analyse permet la décomposition non violente de ce tissage de conflits périmés, devenu avec le temps davantage remuant que ce de quoi il protège : des vicissitudes bien lointaines. 

 

[Variations]

Pour ceux, de nos jours de plus en plus nombreux, qui sommes restés à la limite de la névrose et donc a la limite de l’analysable – le refoulé-défoulé est défaillant, la secte a trois reste présente, et en lieu et place, pour seule défense, le clivage en soi et la projection – l’analyse est variation.

Rentrer dans la névrose. Quitter la secte a trois. Boucler ces relations du passé, inévitablement fantasmees sur les relations actuelles.

 

Dont celle de l’accompagnement. 

–  L’accompagnateur se prête à être surface de projection : il permet la mise en acte, et l’analyse de ce qui se vit,  s’en suit seulement ;

–  Analyste, il est chambre d’echo et interprète. Et c’est en ce point surtout, qu’il est aidant, puisque la parole fait office de tiers autre, détache les deux. Tiers séparateur enfin.

 

***

[Tous névrosés et alors]

Et c’est dans la danse des âmes, dans le dialogue de fous, que jaillissent tour a tour le renoncement et la liberté. L’individu sujet. En société.

La seule issue pour vivre et ensemble : tous névrosés et alors.