Un nouveau genre

Il fut un temps il y avait différenciation : la psyché au féminin brandissait les sentiments, le désir des désirs à l’entour, tandis que l’homme imaginaire mettait à l’oeuvre ses propres désirs, et se faire aimer de ce seul fait car ils le trascendaient.

En ces temps hypermodernes les quelques narcisses indifférenciés qui les ont toujours côtoyés grandissent en nombre et en influence et il en est des “petit pervers”, des “borderline” désorganisateurs et désorganisés et puis ceux plus créatifs mais qui en souffrent de leur narcissisme, qui quêtent aupres d’hystériques et d’obsessionnels le retour d’un moi solide, mais qui engloutissent dans leur moi liquéfié les efforts de leurs “aînés” en psyché. Trop séduisants aussi pour eux.

La femme hystérique réduit sa noble quête identitaire, sous l’influence des narcisses qui de leur humeur en apparence gaie l’ensorcellent, elle la réduit et elle s’y perd dans une vaine conquête d’identité par l’image. L’homme hystérique de même.

Et l’homme obsessionnel, de moins en moins répandu mais solide dirigeant intègre, commande des missions de coaching pour tous ses managers comme celle qui a lieu aujourd’hui même :

– Faites les moi bouger, sans divertissement morne, qu’ils crèvent le miroir aux alouettes qu’ils ont dans le ventre et que notre grand groupe se ré-humanise et ose l’entreprise en chaque lieu à chaque seconde.

Et vous aussi, vous pouvez accompagner ce nouveau genre de ronde. Ce nouveau genre humain. En lien.
Moi j’y vais !

Et vous, ne tardez vous à vous inscrire au seul stage pour professionnels de la relation qui forme à l’accompagnement de changement de paradigme, inter-relationnel et organisationnel, à partir du meilleur de l’esprit de notre époque. La psychanalyse ne traque plus Pathos dans l’entreprise : elle lui rend “ses armes de noblesse”.
Bienvenue.