En transit autour de soi…

Les carrières de Ka Borde,
lieu du stage entre deux

Chacun de nous fait face en cette rentrée à une transition de vie. En quelques mois nos repères ont évolué. La fragilité a pris place dans notre quotidien et non seulement dans un avenir compromis par les conséquences écologiques des activités humaines.

D’une nouvelle chance…


Ce qui semblait important – un travail rémunérateur et pérenne, une famille regroupée et différenciée autour de loisirs communs et particuliers, des amitiés qui nous ressemblent et des voyages d’évasion de tout ce qui dans ces cadres était décevant- tout ce qui ordonnançait nos vies a perdu en continuité et a ouvert des failles dans lesquelles s’engouffrer sur un coup de tête ou un coup de coeur : seul, en couple, à plusieurs si possible différents et créatifs.

Ceux d’entre nous qui vivions des insatisfactions avant l’épidémie et le confinement, qui avions engagé un projet de transition plus construit, avec de véritables renoncements et des audaces reconnues, ceux-là se retrouvent repris par les masses en transit. Ils clament la force et la profondeur de leur orientation bien au delà d’un déménagement de Paris, d’une école alternative, d’un projet de bobos écolos en milieu rural comme jadis des conquistadors étaient arrivés dans la jungle avec leurs coquetteries : leurs nappes, leur vaisselle et leurs outils de toilette et de guerre.

Ce sont ceux-là que nous accompagnons, André de Chateauvieux et moi-même, en rencontre individuelle régulière. Ce sont ceux-là qui se sont réunis en collectif, en petit groupe de quatre à six, à taille humaine, aux échanges rapprochés et pleinement investis de pensée et d’affectif.

…à ce qui change vraiment

Ils ont une longueur d’avance et une profondeur aussi. Ils ont le retour de l’expérience avec ses affres et ses maigres butins au regard du rêve d’origine. Chacun, un projet différent. Ce sont des choix signifiants à l’échelle personnelle. Nous nous intéressons plutôt aux coordonnés spatio-temporelles. Le lieu est vite compris comme un ancrage personnel aussi. Un retour aux sources ou un éloignement choisi.

C’est à l’échelle du temps – la transition est un entre-deux entre un passé et un avenir, un présent dont on débraye le pilote automatique – c’est sur cet échiquier noir et blanc, en arrière et en avant, on et off qu’il commence à être possible de relier les participants d’une journée de travail sur cet entredeux qu’ils vivent.

Chacun se retrouve dans une temporalité bien à lui :

L’un, bien avancé dans sa transition, des formations accomplies, des recherches et des rencontres, « installé » dans cette transition sans plus savoir en sortir ;

L’autre, pas vraiment engagé, rentier des années passées, avec des activités qui se poursuivent par inertie.

Enfin elle, elle se vit passée de l’autre côté, mais ses rapports au temps et à la vie restent inchangés : beaucoup d’occupations aussi bien satisfaisantes qu’insatisfaisantes et des relations stables et d’autres stériles. Pas de rencontres fertiles. Et elle pense aussi bien à la créativité partagée qu’à la conception d’un bébé.

De l’éclipse de soi…

Précisons en préservant l’anonymat, les figures en présence : le chevalier, la reine et la tour. Deux pièces noires et une blanche. Les pièces noires ce sont les deux hommes, le chevalier et la tour. L’un consultant depuis 25 ans l’autre cadre dirigeant dans l’industrie du livre.

Le chevalier aimerait devenir seigneur, créer sa propre activité, avoir enfin un métier qui fournisse de la matière à penser plutôt que des supports d’organisation ? C’est la piste qui apparaît. Ses grands parents étaient enseignants. Son père, manager d’entreprise ce qui explique d’après lui, qu’il n’ait jamais voulu rentrer dans les rangs. Et qu’il réponde sans cesse aux appels à l’aide externe des dirigeants comme son père, peut-être.

La tour solide et battante, toujours tout droit toujours plus haut, se bat désormais pour devenir consultant dans un domaine jusqu’ici « réservé » : la vitalité des collaborateurs et des équipes, leur hygiène de vie et leur liberté d’esprit. Il s’est formé au coaching et aux médecines douces, préventives, auto-immunes, par l’alimentation, le repos et l’exercice. Il trouve dans son idéal ses rêves accomplies. Mais il s’agit désormais de vivre et d’en vivre.

La reine blanche est une grande dame des projets d’innovation en France. Elles les choisit, les instruit et obtient pour leur concrétisation des financements nationaux et européens. Son statut de fonctionnaire lui pèse. Son doctorat et son intelligence la lestent autant qu’ils l’ont toujours portée : admise par concours, respectée dans son grade et son ancienneté. Forte contributrice au sein de l’organisme qui l’emploie, elle a revu son équilibre de vie, effectué un bilan de compétences et retrouvé ses propres intérêts. Pour autant, ici ou ailleurs, dans les équipes successives, dans ses rapports personnels, le scénario est incomplet.

…Aux projections croisées

A la question posée à ses pairs de que pourriez-vous lui suggérer – desirer pour elle -, le futur coach répond : prendre soin de soi.

Sa question à elle s’adresse au chevalier et est celle de la haine de soi que semble recouvrer le rejet de son identité de conseil.

La question du chevalier en bas de la tour est celle de son ouverture aux visiteurs : du pont levis, des passerelles qu’il se garde de tendre aux inconnus et familiers.

Il est dans chaque transition une mise à distance de soi et de l’autre qui reste à franchir pour l’accomplir. Et c’est en resserrant ces distances, en groupe et en introspection, que l’expérience fugace peut donner envie d’une expérience grandeur nature, en groupe vivant, chacun dans son environnement.

Nous avions initié la journée par la visite d’une carrière : la reine s’était avancée pas à pas jusqu’à la paroi du fond ; le chevalier semblait réfléchir à son arrêt d’exploitation ; la tour admirait la hauteur de plafond. Nous n’en avons pas parlé. Rien de pire qu’un débriefing pour réduire l’expérience à néant mais une fois la journée passée ce retour sur soi au fond, cette reconnaissance des ressources ou de l’espace monumental dont chacun dispose et qui demeure, qui est davantage qu’un état ou qu’un passage entre les états : l’être soi parmi nous, ici, comme ailleurs, par delà la transition.

*Pour rappel, aucune velléité diagnostiqué ou pathologique dans cette description humaine : le refoulement de soi, ou inhibition, la haine de soi et de l’autre, dans des projections inconscientes, sont des psychodynamiques et des écosystémiques que nous partageons, et que chacun de nous dépasse quotidiennement. Le coût psychique de cette compensation consciente peut être allégé par l’accompagnement et les expériences encadrées citées en référence, pour une liberté accrue et une réalisation personnelle subjective et généreuse vis à vis du groupe d’appartenance.

Eva Matesanz Psychanalyste Groupaliste

J’ai cinquante ans et tout recommence

Bien que les neurosciences nous dévoilent ce qui se déroule dans notre esprit sans que nous ayons de connaissance consciente de ces émotions et de ces prédispositions à agir, la plupart de nos contemporains assurent vivre leur vie en « pleine conscience », pour la petite part, peut-être, qui peut se penser et qu’ils ne pensaient pas jusqu’ici. En totale inertie. Voilà le seul progrès de cette introspection bienvenue.

Nous continuons de nous intéresser ici aux processus inconscients, ceux engrangés dans la petite enfance mais pas seulement : ceux engrangés chaque jour qui ne se vit pas, qui s’opère seulement.

Ces processus inconscients s’engagent dès la naissance, avec la recherche du sein et de la chaleur, avec la rencontre du plaisir. Ces processus inconscients sont ceux des multiples pulsions : agripper, mordre, sucer, déféquer, puis, enfin, dormir. Elles couvrent les besoins vitaux mais aussi, dès l’origine, les envies et le désir.

Avec la satisfaction des besoins et d’un plaisir qui est reconnu comme étant du plaisir sexuel, érogène, dans un registre infantile, cette forte pulsionnalité des origines peut s’apaiser, et l’enfant peut grandir et gagner en curiosité : s’investir dans des multiples sujets en partage avec les autres, à sa manière, dans sa singularité.

La pulsionnalité s’apaise et demeure inconsciente, flamme de la vie qui continue. Il est une véritable réduction dans la conscience de la tension que des besoins impérieux provoquent dans la vie psychique. Chacun s’apaise dans la rencontre de l’autre, du visage humain qui renvoie en miroir un visage possible, la première image de soi, et une éthique.

L’objet du désir de l’enfant, de sa satisfaction, devient ainsi l’objet d’identification, puis, par le plaisir que procure la relation, au delà du physique, intellectuellement et affectivement, l’objet d’amour.

Cette phase narcissique nécessaire à l’estime de soi et au développement de la singularité de chacun est mise à l’épreuve dans la phase bien connue de l’Oedipe entre trois et six ans, lorsque se produit, ou plutôt se confirme, la découverte, la perception, de l’impossible poursuite d’une relation de dépendance et d’absolu dévouement : le maternage de l’adulte en charge de l’enfant se complète d’un amour sexuel adulte, dévolu à un autre adulte et impossible avec l’enfant au prix de terribles angoisses et de la maladie mentale que certains développent alors.

A l’issue de cette première crise narcissique, qui permet de passer en effet de l’image à l’éthique, à sept ans, avec l’âge dit de la raison, l’enfant vit le premier répit pulsionnel et peut s’intéresser aux autres enfants, nouer des relations de jeu et de créativité, et apprendre et développer toutes ses capacités psycho-motrices, cognitives et psycho-affectives.

Le renforcement pulsionnel qui survient à la puberté surprend l’enfant et son entourage. Son narcissisme reprend le devant de la scène puisqu’il est mis à rude épreuve dans des désirs sexuels adultes cette fois-ci. Il se réfugie dans « le groupe » de ses pairs, mais, de plus en plus de nos jours, dans la mère, ou plutôt dans sa maison, dont le père est absent (désengagement de réalité par le virtuel allant jusqu’à la déscolarisation).

Ce renforcement pulsionnel peut s’apaiser seulement dans la rencontre de nouvelles identifications, complexes, ambivalentes, dans cette tension entre le monde adulte et enfant, entre le sexuel exprimé par la violence du jeu et la tendresse retrouvée avec la famille et les amis.

Il est enfin une troisième naissance, un troisième passage après l’enfant (infans sans parole) et le pubère (sans poils, vers la croissance sexuelle). Il s’agit de la ménopause ou de la mi-vie qui concerne aussi bien les femmes que les hommes. Ce passage implique un troisième renforcement pulsionnel, une réorientation de l’élan vital qui se réaffirme ainsi, qui se recouvre à nouveau de sexualité et de narcissisme pour pouvoir se réinventer, soi-même et dans les rapports aux autres.

Ces processus inconscients sont largement à l’œuvre et mis en évidence dans la clinique (l’accompagnement au plus près, « au pied du lit » de chacun c’est l’étymologie du mot clinique) psychanalytique. Ils se révèlent dans les rêves, les fantaisies diurnes, l’humour et les mots d’esprit, mais aussi, de plus en plus souvent malheureusement, dans des passages à l’acte sexuel pas vraiment choisis, pas vraiment voulus dans une construction de vie à la fois équilibrée et stimulante sur la longue durée qui nous mène aujourd’hui facilement vers vingt, trente, quarante et même cinquante années de plus. Cela peut prendre aussi la forme d’amours platoniques qui entravent les collaborations et la réalisation personnelle, l’ouvrage qu’il s’agit d’accomplir, singulier.

 » La compréhension de ces expériences qui font effraction remobilise les conditions relationnelles primaires (…) parentales et leurs incidences sur les symbolisations primaires (les toutes premières pensées qui persistent dans la psyché, inconscientes), garantes des freinages pulsionnels.  »

Christian Gérard, psychanalyste contemporain

Je cite ce psychanalyste de référence dans notre société de la GPA, PMA, car je vais reprendre un de ses cas que je retrouve dans ma clinique aussi, sous différentes formes, afin de protéger la confidentialité de mes propres patients.

 » Charles, 50 ans, est un dirigeant d’entreprise. Il consulte (alors que) les relations avec les femmes de son entreprise (prennent) un aspect transgressif et incestueux du fait de sa position hiérarchique et de son attitude qu’il avait voulu paternelle.

La mère de Charles est décédée deux ans auparavant et le père, plus âgé d’une quinzaine d’années que la mère, il y a environ vingt ans.

La relation du patient à la mère a toujours été proche et conflictuelle, sur le mode d’un contrainte de répétition (jeu relationnel), évoquant un lien sadomasochiste.

L’analyse met en relief le caractère nettement œdipien de ce lien, avec l’image d’un père éloigné, tant psychiquement que physiquement. La disparition de la mère est venu renforcer le lien de proximité et d’identification (mère-fils). Des désirs prenant la forme de l’interdit et du « démon de midi » sont apparus, offrant l’illusion que tout serait possible (…).

Le dénigrement de son père (vient) confirmer cette configuration œdipienne fragile, mettant en scène une mère forte et un père faible, jusqu’au jour où, au cours d’une séance Charles (est) envahi par une charge émotionnelle intense a l’évocation de son père et, à sa grande surprise, il se (met) à pleurer.

Des aspects sensoriels se (font) jour sous la forme de souvenirs un peu flous datant de la petite enfance, le père apparaissant comme un personnage bienveillant, proché chaleureux, moralement mais surtout physiquement.

L’affect et le sensoriel (viennent) ainsi, via la relation analytique, renforcer l’image paternelle en lui rendant sa puissance symbolique mise à l’écart jusque-là.

Certaines réminiscences étaient associées à l’ambiance du petit appartement dans lequel l’hiver, le père après avoir été chercher du charbon à la cave, allumait le feu d’un poêle placé au centre de la pièce principale ; un père proche et chaleureux- un père sensoriel et émotionnel revenu à la conscience (…).

C’est ainsi que peuvent se rejouer dans la cure analytique, des scènes du passé, parfois très précoces, permettant l’accès à une nouvelle organisation psychique, source, comme dans le cas de ce patient, d’une forme d’apaisement et de libération. Il ne lui était plus nécessaire de dénigrer et d’attaquer inconsciemment le père.

(…) L’analyse confirma la dépression maternelle durant la petite enfance du patient, le laissant face à sa détresse infantile.

(…) Du fait des renforcements pulsionnels de la cinquantaine, (Charles) s’était retrouvé dans une situation régressive (primaire, ante-œdipienne). La répétition dans ses relations avec les femmes se jouait ainsi au niveau (fusionnel incestueux transgressif.

Cette crise douloureuse avait déclenché un appel au « surmoi » (le juge interne) paternel. Les auto-reproches dépassaient la sévérité manifestée dans la réalité par les parents et en particulier par le père ; ils absorbaient les actes, les pensées et les intentions du sujet.

Comme dans toute cure psychanalytique, une crise de milieu de vie, via la relation transférentielle (le transfert d’affects sur l’analyste que le processus d’accompagnement permet) peut entraîner l’assouplissement de la position surmoi que du sujet (en balance de sa pulsionalité) ouvrant la voie à de nouveaux investissements. « 

Le Père des premiers liens
Christian Gérard
Édition In Press

La latence d’une transformation collective

Faire groupe et faire ensemble même depuis la passivité la plus totale de nombre des participants à cet ensemble, ceci est un des délices de la période de latence. Ceci se vérifie aussi dans les transformations collectives des adultes en entreprise ou en institution.

Enfin, après les développements de la transition individuelle lors du partage précédent, s’il est quelque élan qui caractérise la part extremement active que prend la latence psychique ce sont les apprentissages cognitifs et comportementaux, au plus singulier de chacun mais en lien plus que jamais.

Le partage des apprentissages en groupe de pairs.

Les enfants veulent être avec des enfants. Ils apprennent pour la première fois à regarder le jeu auquel ils jouent ensemble, sans plus d’élan qui s’impose de vouloir participer ou la jouer individuel ! Faire groupe c’est découvrir et faire quelque chose ensemble y compris dans la passivité la plus totale de nombre de certains participants à cet ensemble : ceci est un des plus grands délices de cette période.

Ceci se vérifie dans les transformations collectives des adultes en entreprise ou en institution.

La voie naturelle de transformation permet le respect et la fierté de tous quel que soit le niveau d’engagement. Comme il est de plus en plus spécifié dans la réflexion du management : cessez de réclamer l’engagement et la fidélité à des personnes qui ont « juste » le besoin et l’envie, justes, de se développer par le travail et de vivre une expérience partagée.

Seuls les « déviants », les agitateurs, les excités, confondent le mouvement et le progrès. S’ils prennent le dessus, ils grippent le process naturel. Les enfants de la latence en sont perturbés, traumatisés comme jadis ils ont pu l’être.

Les projets de transformation font des dégâts lorsqu’ils servent de prétexte à la violence institutionnelle et individuelle ou, pour mieux dire, individualiste.

Faire fausse route, l’ancienne route

Les figures modélisées en analyse institutionnelle (par Wilfred Bion, selon la psychodynamique constatée en institution il y a un siècle) de :

– la dépendance réactivée,

– des alliances inconscientes pour servir les rapprochements purement libidinaux de quelques-uns,

– « la casse », la rébellion, la dissidence, la trahison,

font, de la transformation, un scénario de crise, et de la sortie de crise, un triomphe qui sonne faux.

Nous vivons actuellement un acte grandeur nature avec la crise des gilets jaunes, la contre-crise du faux débat et la seule fuite en avant et en d’autres lieux (les niches de l’initiative individuelle pas trop malmenée, du digital qui est autoporté, du solidaire et social qui perce seul) de ceux qui se transforment eux-mêmes en transformant leur univers.

Ces derniers pratiquent la résilience face au traumatisme infligé par ceux dont le scénario est régressif. Mais la résilience est le mouvement d’un instant pas une trajectoire, une durée.

Lorsque ceux-là ne supporteront plus de se conformer, de reprendre forme quelles que soient les attaques engrangées. Ce ne seront plus les ouvriers d’il y a un siècle, ni les bourgeois heureux de leur résidence secondaire et de leurs congés payés. La transformation aujourd’hui est continue voire permanente.  Elle prend la forme d’une économie circulaire et d’investissements personnels qui évoluent vers les affects les plus sincères bien davantage qu’ils ne composent avec des jours de mérite et des jours de jouissance.

L’après-latence

La nouvelle économie est en train de se faire toute autre que celle de la French Tech et de l’Etat plateforme. L’Etat en France n’est qu’administration en cours de dégraissement. Lean, là où le loan a failli. Le vivre à crédit et à  dédit.

Les décideurs d’entreprise croient peut-être encore à leurs séminaires de direction et aux formations inutiles que consomment leurs troupeaux – comme le président veut croire aux débats mis en scène dont il occupe son temps – mais les troupes « ma non troppo », les nouvelles générations, s’organisent désormais selon un principe de génération spontanée. Plus naturels que jamais.

La théorie de l’évolution évolue. Pas de forts, pas de faibles. Vulnérables ensemble. Créatifs à chaque instant. Adaptatifs en cela mais pas pour la survie, pour le sens d’une histoire qu’on ne leur volera plus, d’un espace qu’ils occupent de bout en bout, des liens qui les tiennent en continu.

Les enfants de la latence de nos jours sont les modestes artisans des jours latents à venir, inimaginables et nouveaux.

 

La place de la latence dans l’accompagnement de transition individuelle

Ce temps de latence que les accompagnateurs de transition s empressent de combler est d’abord le leur qu’ils chercheraient à fuire.

La transition s’assimile souvent à une mise en mouvement, d’une situation à une autre.  Elle est, pourtant et avant tout, une pause psychique permettant une véritable réorganisation intime. Nous l’avons développé dans le post précédent. Chez chacun de nous cette pause a pour prototype celle effectivement engagée entre 6 et 12 ans : la période de latence.

En transition, vous vivez un équilibre manifeste tandis que vous vous formez, vous faites de nouvelles rencontres et vous découvrez des voies de sortie toutes aussi intéressantes les unes que les autres. Mais il sera toujours temps. Le temps ici est à la pause.

Vous deviendrez indépendant ou employé à bon escient. Vous ferez le choix de l’expertise ou du management. De la grande, de la petite structure ou du réseau.

Tout semble possible à nouveau tant qu’une nouvelle adolescence, le choc de la réalité, le temps des renoncements et des responsabilités, ne mettra fin à cette latence retrouvée à l’occasion de l’échéance certaine d’une fin de droits ou de congé.

Ce qui vous permet et permet à chacun de dépasser ou du moins limiter l’angoisse du passé, l’anxiété d’un avenir incertain, c’est une position défensive engrangée entre 6 et 8 ans : le renversement en son contraire.

Le retournement possible d’un entre-deux

L’enfant qui a peur se montre courageux ; celui qui est timide, se laisse gagner par les rires et par le jeu ; les rivalités de la petite enfance contournent la pente de la jalousie haineuse à la faveur des complicités ; l’amour exclusif dévorant se mue en tendresse et fierté.

L’adulte qui a fondé sa vie professionnelle sur l’exécution et l’obéissance s’essaye à la créativité et devient activiste auprès de ses partenaires métier. Celui, fort contributeur en équipe, se lance sur un projet personnel, d’écriture, sportif, constructif. Mais c’est surtout au niveau de l’humeur que cela reprend la stratégie défensive d’une enfance contrariée car il faudra la quitter.

Les 8 à 12 ans redoublent d’obéissance et de docilité. Ils tiennent à plaire aux parents ou plutôt à éviter de déplaire.

L’envie de réussir n’est pas primordiale. La peur est de ne pas compter ne rien peser. Ceci en phase de transition adulte est l’ordinaire du quotidien évoqué. L’inconscient est envahi de tensions psychiques. L’exigence interne est bien plus forte que les exigences externes même si par projection on les rend démesurées : j’ai un mémoire à rendre, je ne suis pas sûr d’obtenir l’accréditation, les autres personnes en transition que je fréquente en réseau sont tellement plus intelligentes, mûres, sûres d’elles.

L’enfant se déprécie de l intérieur sans le dire. Il a besoin de paraître surtout devant lui même. Il ne veut pas de miroir fidèle. Il craint de perdre l’affection, la sympathie du moins de son accompagnateur présent lorsqu’il est adulte et enfant.

Comment permettre l’abandon de cette attitude de transition et retrouver toute la complexité  de la pensée et des sentiments ?

Les comportements sociaux peuvent devenir naturels, compatibles avec l’intime et inaliénable conviction, ou épuiser le sujet. Le succès du pur coaching s’ensuit de dépression. Seul l’accompagnement au plus près, la reconnaissance des difficultés soulage et prépare le temps des accomplissements. L’acceptation des erreurs, la confiance en des réalisations à venir au risque de déplaire enfin, et déplaire aujourd’hui déjà à l’accompagnateur choisi, tout ceci engage et réengage dans la vie. L’accompagnement assez bon est subtil, continu et léger à chaque instant.

Ce plaire et ce déplaire ne sont pas de l’ordre de la séduction. Ces modes de relation n’érotisent pas l’objet. L’objet sexuel de l’enfant du premier âge était le parent, celui qui subvient à ses besoins et qui lui apprend le plaisir et le déplaisir ce faisant. Le désir n’est plus le besoin.

Lorsque l’objet sexuel n’est plus sexuel il devient objet d’identification. Et le désir devient désir d’œuvrer et de créer comme d’autres le font.

Work in progress but work

L’enfant de la latence selon la référence qu’est le vocabulaire psychanalytique établi par Laplanche et Pontalis est l’enfant de la distance, de la pudeur, du dégoût qui s’installe pour refuser de son propre corps tout ce qui pourrait lui donner satisfaction libidinale. Cette période de latence sexuelle est une pause psychique entre deux périodes intenses : celles de la petite enfance et de la grande adolescence. L’immaturité biologique semble expliquer ce temps d’arrêt et la fin du désir œdipien.

« …l’absence persistante de la satisfaction espérée, la frustration perpétuée de l’enfant qu’il espère (enfanter), contraignent le petit amoureux à renoncer à un sentiment sans espoir  »

Il a été tout, il ne l’est plus et il ne peut pas offrir le tout au parent adoré. C’es dans une de ses lettres à Fliess que Freud se confie ainsi.

Secondairement, les formations sociales, l’éducation, les limites imposées par les parents qui vivent leur sexualité ailleurs qu’avec l’enfant, se conjuguent au petit surmoi de l’enfant, l’instance de régulation interne.

Rien de tel est nécessaire lors des latences adultes et pourtant elles se caractérisent de mon expérience clinique, au cas par cas, par une baisse de la libido, par une recherche de l’autre qui cherche avant tout à préfigurer l’autre en soi.

Que les accompagnateurs – coachs de transition mais aussi les professeurs de tant de professionnels réengagés dans une formation, les tuteurs de l’entreprise ou des organismes sociaux, RH et conseils – que ceux qui côtoient de près ou de loin ces aventuriers méditatifs ne se trompent pas. Ce n’est pas le manque d’envie qu’ils expriment dans le peu d’intérêt qu’ils leur dédient ou plutôt qu’ils dédient à leur personne. Il ne s’agit pas non plus d’une stratégie ou tactique de recherche d’un rapprochement physique à la hauteur de l’investissement intellectuel ou pragmatique ou les deux. Regardez vous en premier.

Tous, enfants de la latence

Ce temps de latence que les accompagnateurs s’empressent de combler est d’abord le leur, qu’ils chercheraient à fuir faute de l’avoir à leur tour retourné dans tous les sens qu’il permet. Ce temps de latence est bel et bien pour eux un temps de psycho analyse, de mise au point de leurs affects refoulés. Et s’ils renversent en son contraire dans une latence au contraire prolongée, dont ils ne sortent pas depuis l’âge indiqué, il est temps pour eux de revenir aux élans sexuels assumés pour les placer hors terrain professionnel.

Ceci n’est pas une critique ou même une attaque, agressive. Ceci est mon choix de superviseur sur le champ professionnel, différent de ma responsabilité de psychanalyste dans le privé. La psychanalyse est un choix inaliénable, la supervision est un devoir inaliénable aussi. Puissent ces quelques lignes éclairer les accompagnateurs et les accompagnés en transition ce qu’ils vivent intimement, et faciliter leurs relations, véritable moteur nécessairement affectif du changement.

Nor IA, neither natural, simply unconscious

In business and society, along with IA and transitional, unconsciousness is not an option

In Business and Society, along with IA and transitional stakes
Unconsciousness is not an option

How the human being can be ?

To be or not to be. Freud could have choose the Hamlet tragedy instead of the Oedipe’s game over. After Freud left is that tragedy that prevails.

Because in-between the id, the ego and the super-ego – the inner willing, the personality and its banishments is that grey. I am but I am not on the same way.

How it plays ? Play it again…

The id psychology relates to the instinctive, archaic motions.

There is a huge part of the ego which introjects part of these motions FROM the mother and the father figures. This primary super-ego is called ego-ideal whilst the inner image of oneself is called the ideal-ego and stands for perfection. There is a discord between the idealized image and the chaotic primary reality. Nevertheless the human being will deal with these controversial parts by splitting them off and getting them together into its own identity.

The ego-ideal is likely « the precipitate of the old picture of the parents, the expression of admiration for the perfection which the child them attributed to them. »

This split phenomenon applies to every trauma the human being goes through. The emotion is rejected, but there are still memory traces we can record among many others. Pleasant and unpleasant records can be side by side whist the whole process is represed, censored. But everything lies at the unconscious le vel. Resistances produce denial, rationalization, reaction formations, fantasy and ultimately projections. The threaten comes from outside. The other becomes either the ennemy or the beloved victim. Ordinary harassment gets explained.

In adition to that, the advanced super-ego which comes along with education, reflection, ethics and empathy and which is hopefully supported by the whole society fails under unconscious pressure.

Fixing the ideal which actualizes himself when social grouping is key.

Group members are related to an ideal image. They can put it in a leader or in a common project. This ideal can either freeze or move and get into a « good enough » reality that will inspire others.

Freud’s greatest contribution to modern thinking is this theory of inconscious.

The positivism that was popular in Freud’s scientific advanced time – getting definitely rid of religious determinism – claimed that people could gain real knowledge of the world and of themshelves, and that we had rational control over both. They insisted on « hard facts » even in Psychology. Albert Ellis and Aaron Beck culminated this work into Cognitive Behavioural Therapy (CBT) in 1950’s. These psychologists admit that between the stimulus and response lies a « mediational process ».

As Freud said we are motivated by unconscious forces within us. He suggested that consciousness actually exists in layes and there were many psychic process that went on beyond the surface, within the implicit inconscious. CBT therapists keep on trying to model these process. Psychoanalysts persevere, insisting that there is a level to the human mind, a kind of natural intelligence never transformed into « AI », that will never become obvious and reproductible through the study of cognición or behaviour wich remain at an explicit level.

In the 1990s, new findings in neurosciences suggested the same thing: there are parts of the human brain that work (« think ») implicitly, beyond conscious awareness, and control mucho of what we do, assume and expect.

Contemporary psychologists continue to work on the « psyche » – that unknown part of the self who reveals through irrational acts and preferences wich appear once again to be inexplicable even to the person concerned. Far from having one mind, we have several as suggested by very famous profesional therapists such as Eric Berne (transactions analysis). Again, there are several layers and their organization depends so much on earliest learning and bounds we almost completely forgot about. This sets in place our default understanding of ourselves, other people and what the world is like. Unless we develop on-going practices !

Either In HR, Consulting and Transformation.

From the Norfield experience to Tavistok Institute and their blockings and actual Tee-groups, this process of denial and recognition has lessons to us.

And these are my lessons and practices everywhere where unconsciousness is not an option and the tragedy comes to epics here.