Avant d’aller rêver

– Et quand tu me regardes, c’est pour toi ou c’est pour moi ?
Elle me trouble sa question. C’est comme un koan, une énigme philosophique en moins de 140 caractères, inventé là par elle et pour moi. Et je sens bien qu’elle se fout de ma réponse. Elle me donne ça parce que moi, dans nos échanges, je voudrais savoir ce qui est à elle et ce qui est à moi. Mais cette comptabilité-là, venue de loin, est impossible et douloureuse, maladive et épuisante au fond et aujourd’hui. Et son tweet énigmatique, là avant d’aller rêver, il fait comme un court-circuit dans mon cerveau.