Tombés

Catherine est tombée là, elle pensait être en retard à son rendez-vous de Berlin et ne maîtrisait pas bien son dossier. Elle avait du sommeil en retard. Marcel git en petits morceaux affalés contre un mur. Il avait des soucis avec son coeur mais trouvait sa nouvelle cardiologue vraiment charmante et regrettait de n’avoir pas vingt ans de moins pour lui proposer un rendez-vous galant. Irène avait un retard de règles, elle n’était pas sûre et n’osait pas faire le test. Elle avait peur d’avoir envie de l’être, elle ne savait pas bien. Elle venait juste de renoncer à sortir fumer une cigarette à cause de ça, parmi la petite foule des tabagiques furtifs. Maintenant elle est affalée au milieu de valises éventrées. Pablo n’avait encore embrassé une fille et Karl regrettait d’avoir oublié ses cartes pokemons. Ines amenait son fiancé à l’avion, il venait de partir, à 1000 mètres d’altitude en montée, il ne sait pas qu’elle était sur la trajectoire d’une vitre pulvérisée. André avait une exposition à New York des termites dans son grenier, il n’a pas compris, les yeux ouverts sur le plafond crevé. Mohammed allait voir sa mère, il avait pour elle des nougats dans son sac, et avait gardé pour lui qu’il venait d’être embauché par une grosse compagnie américaine de robotique. Il voulait lui faire la surprise, il n’a plus les bras dans lesquels il aurait voulu la serrer. Et Joseph et Heinz et Jaco et Priscilla et tous les autres, ceux dont on ne sait pas encore le nom.

Denis Parent
A propos

Denis Parent est un journaliste, réalisateur et écrivain français né à Cambrai le 28 novembre 1954. D'abord journaliste spécialisé dans le cinéma (Première, Studio Magazine, Ciné Cinéma), c'est en tant que réalisateur que Denis Parent se fait connaître. Il est l'auteur de plusieurs courts métrages dont "Va au diable", et d'un long, "Rien que du bonheur", une comédie avec Bruno Solo. Ancien étudiant en lettres, c'est aussi dans ce domaine qu'il exerce ses talents : scénariste de bande dessinée, auteur de nouvelles et de pièces de théâtre, depuis son île, en toute clandestinité. Il a publié ainsi "Perdu avenue Montaigne vierge Marie" (2008), "Un chien qui hurle" (2011), "Grand chasseur blanc" (2014), et aujourd'hui "Sanguinaires" (janvier 2016), le second tome d'une trilogie dite "nomade". Le troisième "Une fleur de frangipanier, un verre de Saint Julien et un baiser" devrait paraitre dans les deux ans. Le point commun de ces livres, comme leur titre générique l'indique: des histoires de gens qui fuient, bougent, voyagent, cherchent. Bref refusent la sédentarité, l'immobilisme. En partage sur E V E R M I N D les coups de cœur, et au coeur, d'Eva.

Publié dans Ever Whatever, Slide Home

Laisser un commentaire

Pour ne rien rater de nos publications et apporter vos commentaires.

Suivez-vous!