Un Polar de Noël : à qui profite le crime en coaching ?

 

C’est souvent un quoi et un pourquoi qui suscitent une demande d’accompagnement : un pourquoi je fais ça ? Pourquoi je suis comme ça ? Pour les plus avertis alors.

C’est sous la forme du pour qui, pour qui je fais ça, pour qui je suis comme ça, qu’Andre accueille ce soir la demande de notre client en duo.

Alors je me crispe : pour papa et maman en est la réponse toute faite. J’aurais préféré que l’accompagné tisse de lui même le récit des liens entre ce qu’il veut corriger ou améliorer en coaching et les relations que cela lui procure, en affâires et en amour, et comment ces relations ne sont que le remake commercial de ses liens affectifs premiers.

Et pourtant je m’engouffre dans la piste d’André. Alors même qu’il me sollicite ouvertement pour trouver à ce stade précoce de l’accompagnement un autre angle, et permettre à l’accompagné la liberté que le duo lui rend, je me surprends à renforcer l’accusation :

– A qui profite le crime ?

– Le crime ? – c’est André même qui résiste aussitôt. Pas lui, qui y voit clair déjà dans son jeu d’enfant :

– La menace de mon père a hanté mon enfance. Une menace imaginaire. Il était imprévisible mais aussi souvent absent. Dans tout ce que je faisais je m’attendais à sa contradiction. Elle ne venait jamais vraiment. La menace demeurait une menace jamais mise à exécution. Aujourd’hui lorsque je suis en retard dans la préparation d’un Comité de Direction, lorsque je me mets en infraction lors de mes déplacements, parce que je n’ai pas pris le soin de renouveler mon abonnement, lorsque je n’ai pas réservé les vacances et que mon épouse s’inquiète de son sort, je convoque le châtiment. Alors a qui tout cela pourrait-il profiter ?

– A votre père incorporé dans votre psyché, son imago. Vous feriez perdurer votre père de quand vous étiez enfant en votre inconscient…

– Et cela est nécessaire. – J’ajoute.

– Cela est-il nécessaire en tant que répétition ? – c’est André qui me questionne, pas sûr à son tour peut-être que le « qui » soit viable en coaching, si c’est pour un status quo.

– Je m’explique, et me découvre en cette idée que je viens de libre associer : je vis cet enfant, livré à lui même, et je me dis que cela structure de fait sa journée que d’omnipenser à son père, qui lui est tant nécessaire, le garçon se construit par identification.

Et tout faire en fonction de lui, où qu’il soit, et désirer son arrivée avec éclat. Jour après jour, année apres année, l’enfant grandit sur ce fil qu’il s’est tissé tout seul. Parce que je me demande aussi : où est la mère ?

– La mère a toujours été là, toujours au rendez-vous, toujours d’accord pour céder aux enfants. La mère était là pour deux, du coup.

– Le coup de l’absence du père redouble d’effet. Pour construire votre existence et votre identité vous vous êtes arrimé au fil ténu de votre imagination. Aujourd’hui ces moments de flottement vous sont nécessaires pour poursuivre de construire un dessein, le vôtre, dans le ronron de votre foyer et de vos bureaux feutrés.

– C’est en vacances avec ma grand mère, et l’aider en cuisine, au poulailler et aux champs que j’étais heureux enfant. Actif, averti, adroit et insouciant. Mais cela ne pouvait pas durer. Mes parents me rappelaient à la vie avec eux, et à leurs difficultés.

– Ce serait sur des chantiers interdits, loin de ce à quoi peuvent penser vos proches et vos associés, que vous semblez être appelé. À suivre sur le fil de nos séances peut-être… Vous n’êtes plus tout seul, et en même temps vous l’êtes plus que jamais, dans l’espace entre nous deux.

– Je prends le châtiment. Merci à vous deux jamais d’accord et ouvertement. Présents et toujours en mouvement.

– Merci à vous qui le permettez. Qui ne nous rendez pas les otages de vos liens fondateurs. Ils sont là, papa et maman, et en même temps Eva & André.

Croyez nous, c’est souvent que même des coachs en supervision, notre enjeu à nous de transmission, en viennent à l’oublier.

A qui profite le crime ? A la mort psychique de chacun d’eux. Et cela nous attriste. Nous sommes humains. Comme vous êtes triste de votre père jamais vraiment rencontré.

Il baille une dernière fois. C’est sa façon à lui de se troubler, et de laisser quelques larmes rejoindre l’océan de son enfance noyée. Si le crime lui profite au bout du compte, et qu’il réalise ce à quoi, pour nous, il semble appelé, loin des gouffres premiers, même pas terre à terre, il a toujours trop rêvé, mais élevé dans le ciel, nous serons rétribués de ces rares épiphanies d’accompagner…

Belles fêtes à nos lecteurs !

Eva & André

Eva Matesanz
A propos

Eva Matesanz est Psychanalyste et Coach professionnel. Chargée d'enseignement universitaire, et auteure, elle remet la clinique psychanalytique au coeur de la relation d'accompagnement y compris en milieu business comme cela est naturel dans les pays anglo-saxons et d'influence hispanique, milieux de diaspora et de fertilisation des penseurs de l'inconscient. Eva Matesanz co-anime avec André de Chateauvieux des espaces de réflexion et d'action collectives inédites : Mars et Venus sur le divan, au sujet du masculin-féminin, L'accompagnement collaboratif, car comment accompagner les collectif sans s'y astreindre soi-même en équipe de consultants, de managers ou de coachs. Et Érotiser l'entreprise, à l'adresse des RH des entreprises collectives. Diplômée d’études supérieures en management à Madrid, en partenariat Erasmus avec l’ESC Bordeaux, et titulaire d’un Master 2 Affaires Internationales à l’Université de Paris Dauphine, elle effectue un parcours de management dans des grands groupes multinationaux de l’industrie et des services IT. Elle s'y forme aux pratiques systémiques et à la communication et en fait son premier métier. La psychanalyse à titre personnel lui permet de faire de l'accompagnement individuel et d'organisation , son métier de maturité, et de se faire une place de référence en quelques années. Coach accrédité Senior de la fédération CNC. Chargée d'enseignement universitaire et auteure d'ouvrages de management. E V E R M I N D est son blog collectif de diffusion d'idées mais surtout d'infusion sensible des rapports humains. Bienvenue à vous.

Tagués avec : ,
Publié dans Slide Home, Whatever Works

Laisser un commentaire

Se former

Pour ne rien rater de nos publications et apporter vos commentaires.

Suivez-vous!